1200px Alexander Dumas pe re pa r Nadar Google Art Project

 

Alexandre Dumas

Le nègre et la plume

par Marie-Paule Redon, séance du 7 mai 2018

     Marie-Paule Redon a présenté une conférence conçue sur un mode anecdotique " afin de donner au corps du texte une forme vivante, animée par une projection des figures évoquées ". Cette intervention s'est produite au moment où une décision du ministère de la Culture, remplace l'expression " nègre littéraire " par " prête-plume "

GALERIE DE PORTRAITS

     Le désespoir du biographe. La conférencière propose en entrée une nouvelle d’Hubert Haddad démontrant avec humour les difficultés que peut rencontrer un biographe face à un client qui n’a aucun souvenir à lui confier. Une situation connue dans ce métier qui demande à l’écrivain beaucoup d’imagination !

     En cette veille de 8 mai, la parole est ensuite donnée au grand héros de cette époque : Charles de GAULLE… à qui, en 1928, Philippe Pétain demande d’écrire un livre sur L’Histoire du soldat à travers les âges, mission qu’il lui retira par la suite, pour la confier à un colonel plus manipulable. De Gaulle, qui avait bien avancé son manuscrit, refusa de le lui remettre ; le document fut remisé dans un tiroir. Pétain, venant d’être élu à l’Académie Française, ne se souciait plus de l’ouvrage qu’il aurait, pourtant, signé de son nom. Dix ans plus tard, le Maréchal revient sur le sujet et Charles de Gaulle refuse à nouveau répondant au Maréchal : " Il me manque désormais à la fois la plasticité et l’incognito qui seraient nécessaires pour que je laisse inscrire au crédit d’autrui ce que, en matière de Lettres et d’Histoire, je puis avoir de talent…"  La France et son armée fut finalement édité par son seul auteur…

 

 

     Autre personnage à découvrir : Emmanuel BERL

     Belle surprise au détour de l’Histoire que la découverte de cet historien, philosophe, journaliste, essayiste, auteur de pamphlets anti-bourgeois et directeur de l’hebdomadaire Marianne de 1932à1936. Fait extraordinaire, il est juif et prête-plume de Philippe Pétain. Epoux de la pétillante animatrice Mireille, E. Berl avait obtenu en 1967 le Grand prix de l’Académie française pour son œuvre littéraire… Cet homme, adulé mais pas toujours bien compris, qui fréquentait les personnalités littéraires et politiques de son époque, vivait au cœur d’un paradoxe et de contraires que son pacifisme l’amenait à multiplier. Pour le vainqueur de Verdun, il a écrit les discours et préparé le célèbre appel radiodiffusé lors duquel il annonce qu’il faut cesser le combat.

     Paul ARENE (1843-1896), écrivain provençal se lance dans le théâtre : il écrit plusieurs pièces dont Le Char en 1877 en partenariat officiel avec Alphonse Daudet. Avec lui, il fréquentait à Paris les cafés littéraires ; quelques unes des œuvres d’Alphonse Daudet ont bénéficié de sa plume : Les Lettres de Mon Moulin, sous un pseudonyme commun : Marie-Gaston ; La Chèvre de M. Seguin, cinquième de la série, fut la dernière histoire signée des deux amis. On lui prête aussi, par l’analyse de son style, L’élixir du Révérand Père Gaucher et le Sous-préfet aux champs. Le buste de Paul Arène est visible aujourd'hui au jardin des Félibres à Sceaux. suite à la découverte qu’il a faite de la tombe de Jean-Pierre de Claris de Florian, fabuliste, romancier et auteur dramatique de la fin du XVIIIe siècle, académicien, en 1877.

WILLIAM SHAKESPEARE

     Selon un documentaire de France-Culture, il ressort d'une étude par 23 académiciens de cinq pays qu’un tiers des œuvres attribuées au grand dramaturge britannique ont été créées par d'autres personnes. En 2016, 17 des 44 pièces ont été répertoriées. La plupart des collaborations auraient eu lieu au tout début et tout à la fin de la carrière de Shakespeare. Plusieurs dramaturges l’auraient  inspiré : Christopher Marlowe (1564-1593), Thomas Middleton (1580-1627) ou Françis Bacon (1561/1626). Les scientifiques ont utilisé des méthodes classiques et modernes d'analyse des textes pour établir les fragments que l’on peut attribuer à Shakespeare et ceux à d'autres auteurs. Les noms des co-auteurs identifiés ont été inscrits par l’Université d’Oxford, à côté de l’auteur dans la nouvelle édition de ses Oeuvres complètes. Elle contient aussi des titres qui n’y auraient jamais figuré… C’est une citation de Michael Edouards, académicien, qui clôture cette intrusion dans la personnalité et l’œuvre du célèbre dramaturge.

ERIC ORSENNA

     A travers quelques anecdotes, Marie-Paule Redon dépeint la vie d’un homme brillant, navigateur et porte-plume multitâches. Il siège à l’Académie française, au fauteuil du commandant Cousteau. Celui qui rêvait d’être Tintin, écrivait à 9 ans sont premier journal ; devenu adulte, il est chercheur, enseignant en finance internationale et multiplie les voyages et les publications. A 34 ans, au ministère de la coopération, il devient le conseiller culturel de François Mitterand puis son prête-plume. Prix Goncourt en 1988, il publie de nombreux ouvrages à succès ; il est dans le même temps prête-plume de nombreux auteurs. Plusieurs anecdotes accompagnent cette présentation où l’humour prend souvent une petite place.

AUGUSTE MAQUET - BERNARD FILLAIRE

     Pour terminer, Marie-Paule Redon évoque la légendaire histoire d’Alexandre Dumas et de ses multiples prête-plume. Le plus connu, Auguste Maquet, porté au cinéma par Bernard Fillaire et Safy Nebbou, montre toutes les disparités de caractère entre le très sérieux historien A. Maquet et A.Dumas, à la vie dispendieuse et faite de débauche, qui lui vaudront de ne pas entrer à l’Académie française.  Avec Gérard de Nerval et ses amis Bousingos, Auguste Maquet s’est lancé dans l’écriture romantique. Les biographes des deux écrivains supposent dans le résultat de leurs recherches le rôle de chacun : " un Dumas qui aurait seul conçu les plans, dessiné les personnages, l’architecte de l’édifice en quelque sorte dont Maquet aurait été  le maçon ". Marie-Paule Redon évoque également  Bernard Fillaire, prête-plume de Lilian Thuram, qui a contribué à l’écriture du remarquable livre de l’ancien champion de football, Mes Etoiles Noires, qui pourrait faire l’objet d’une exposition de l’association Mémoires Présentes.

     En guise de conclusion, la conférence s’est terminée par une surprise poétique, avec la lecture par la conférencière de la première page du très long et magnifique poème de Paul Delair, écrit en 1872, intitulé  " L’éloge à Alexandre Dumas ". " Ceci afin de rééquilibrer le sujet, après les attaques d’Eugène de Mirecourt" , dit-elle.
     Le public a pu s'interroger sur la non présence des femmes dans cette conférence et apporter des précisions sur les relations entre Paul Arène et Emile Pouvillon.