Imprimer

             Visioconférence du 12 avril 2021 prononcée à 15h depuis la Maison de la Culture  

  La conférencière a d’abord, à grands traits, présenté la vie de Victor Hugo. Né en 1802 –" Ce siècle avait deux ans… "- mort en 1885, il a parcouru tout le siècle. Ce chef de file des écrivains romantiques aborda tous les genres littéraires, poésie, roman, théâtre, discours, essai. Il déclencha des tempêtes en balayant les règles classiques de la poésie et du théâtre. Chacun a en mémoire la bataille d’Hernani. Il fut aussi un homme politique. Pair de France, il lutta contre les injustices sociales, le travail des enfants, l'esclavage, la peine de mort. Après le coup d'état du 2 Décembre 1851, il s'exila à Jersey et Guernesey et ne rentra à Paris qu'après la défaite de Sedan.
   Côté vie privée, lors d'une répétition de sa pièce Lucrèce Borgia en 1833, il rencontra l'actrice Juliette Drouet qui, pendant cinquante ans, voua sa vie au grand écrivain, devenant au fil du temps sa secrétaire. C'est le 18 Juillet 1843 que Victor Hugo et Juliette Drouet quittent Paris pour les Pyrénées et l'Espagne. En effet, souffrant de rhumatismes et d'ophtalmie, l’écrivain doit suivre une cure à Cauterets, en août 1843. Le voyage s'effectue en diligence : la conférencière décrit le voyage et ses difficultés en rapportant des anecdotes amusantes. Les lieux traversés rappellent à l'écrivain de nombreux souvenirs d'enfance, entre autres à Bayonne où il était passé avec sa mère et ses frères, en 1811, pour rejoindre leur père, le général Hugo, qui guerroyait en Espagne dans l’armée de l'Empereur.
   Le voyage se termine, sans surprise, par un séjour à Cauterets : au dix-neuvième siècle, les eaux thermales sont à la mode et toute l'Europe se donne rendez-vous dans les villes d’eau. Là, Victor Hugo ne se contente pas de suivre la cure. Le séjour est aussi l’occasion de nombreuses excursions dans les environs. Il s'intéresse à tout quand il voyage. Il porte un regard attentif et passionné sur les paysages, les chemins, les sentiers empruntés. Il se lève, tous les matins, à quatre heures afin de faire de grandes promenades solitaires dans la montagne. Les eaux et les rochers dessinent alors à ses yeux un univers épique et fantastique qui lui inspireront deux grandes oeuvres, La Légende des Siècles et Dieu.
Au cours de ce séjour, deux lieux le marquent particulièrement : le cirque de Gavarnie et le lac de Gaube. Le cirque de Gavarnie, par le pouvoir magique du verbe hugolien, se dresse comme " l'oeuvre d'art de la fauve nature ". Quant au lac de Gaube, il représente l'excursion à la mode quand on est à Cauterets. L'écrivain est impressionné par ses dimensions et il est très marqué par une espèce de tombeau en marbre blanc, entouré d'une grille. En réalité il s'agit d'un monument élevé à la mémoire des époux Pattison qui se sont noyés dans le lac en 1832.
   C’est au retour de ce voyage, le 9 septembre 1843, que Victor Hugo et Juliette Drouet, descendant de la diligence à Soubise, non loin de Rochefort, apprennent, à la lecture d'un journal, la noyade de Léopoldine, fille aînée de l’écrivain, et de son mari, dans la Seine, à Villequier. Trop marqué par ce drame, ce récit de voyage ne sera publié qu’à titre posthume. Le voyage dans les Pyrénées fut pour Victor Hugo une source d'interrogation métaphysique. Il écrivit à son ami le peintre Louis Boulanger : je voue mon esprit à contempler le monde et à étudier les mystères. Je passe ma vie entre un point d'admiration et un point d’interrogation.
   La présidente remercia chaleureusement Anne Lasserre qui, tout au long de cette brillante conférence aux multiples aspects, récit émaillé de citations et d’extraits de poèmes très bienvenus, a su faire voyager l'auditoire en distanciel sur les pas de Victor Hugo et retrouver, par des images bien choisies, des lieux connus, cependant magnifiés par l'art du grand écrivain.