LES SEANCES DE 2019

 

Les séances sont publiques et ont lieu généralement à 17h le premier lundi de chaque mois sauf durant les trois mois d'été. Elles se tiennent à la Maison de la Culture de Montauban (Ancien Collège). La séance solennelle se déroule au théâtre Olympe-de-Gouges, le deuxième dimanche de décembre.

Vous trouverez dans cette page les comptes rendus de ces séances, par ordre chronologique inversé.

 

                                                                       x_221.jpg

Portrait du Général de Gaulle par Jacques Narbonne (collection privée)

 

 " L’entourage du général de GAULLE (juin 1958-avril 1969) "

par M. Eric CHIARADIA, membre associé

(séance du 7 novembre 2016)

              Professeur agrégé d’histoire, spécialiste de la période, M. Eric Chiarada était le conférencier idéal pour présenter l’entourage du Général durant la période considérée. Président du Conseil de juin 1958, appelé pour résoudre la crise algérienne, De Gaulle devient en janvier 1959 le premier président de la Ve République et le restera jusqu’à sa démission du 28 avril 1969, suite au référendum perdu sur la réforme du Sénat et la régionalisation. Auprès de lui, à l’hôtel Matignon, puis au palais de l’Elysée, il s’entoure de conseillers civils et militaires dont le choix relève avant tout de leurs compétences techniques. Lors de sa retraite à Colombey-les-Deux-Eglises (1946-58 et 1969 à sa mort), le Général conservera toutefois autour de lui quelques fidèles collaborateurs. Et Eric Chiarada de poser d’emblée la question : quelles sont les spécificités de l’entourage gaullien de 1959 à 1969 par rapport aux équipes précédentes et à celles qui suivent ?

            De Gaulle bénéficie dès la IVe République d’un entourage nombreux au service de l’Etat, à savoir de membres provenant de la France Libre et du parti qu’il a créé : le Rassemblement du Peuple Français (RPF) tels Georges Pompidou, Jacques Foccart, Olivier Guichard et Pierre Lefranc. Il dispose du secrétariat général à la Présidence de la République qui suit l’activité des ministères à l’exclusion des affaires militaires, de l’outre-mer et de la communauté France-Afrique. L’état-major particulier du président de la République est créé en janvier 1959 et traite des questions militaires et de défense. Il faut y ajouter le commandant militaire du Palais, officier de gendarmerie. Les officiers constituent le tiers permanent des effectifs, ce qui donne un style particulier à la présidence gaullienne.

 

       

Foch20011.jpg

  Le Maréchal Foch

 " La seconde bataille de la Marne ou les métamorphoses d’une guerre "

par M. Jean LUIGGI, membre titulaire (séance du 3 octobre 2016)

 C’est une conférence instructive et richement illustrée qu’a livré à un nombreux public M. Jean Luiggi, secrétaire de l’Académie, sur le sujet La seconde bataille de la Marne ou les métamorphoses d’une guerre. En juillet 1918, les armées alliées et les armées allemandes se trouvaient à nouveau confrontées sur la Marne. Depuis 1914, bien des choses avaient changé : dans le commandement, dans le matériel, dans les uniformes et dans la manière de combattre. Tel était l’objet de cette étude. Le 28 mars 1918, Paris est sous le feu de la « grosse Bertha ». Le général Ludendorff tente de séparer les forces françaises et britanniques. Côté français Pétain a remplacé Nivelle avant de céder le commandement à Foch.

 

            

Mona_Lisa_by_Leonardo_da_Vinci_from_C2RMF_retouched1.jpg 

      

« La Joconde a le sourire »1940-1943 l'exode du Louvre à Montauban 

par Mme Hélène GUICHARNAUD, membre correspondant (séance du 6 juin 2016) 

 

 Le 6 juin, Mme Hélène Guicharnaud a été reçue comme 5ème membre correspondant à l'Académie par M. Norbert Sabatié qui a retracé son parcours.

De l'automne 1940 au printemps 1943, la célèbre Joconde, accompagnée de plus de 3000 tableaux du Département des Peintures du musée du Louvre, trouva refuge dans notre vil. Comment (et pourquoi) plus de 3000 tableaux du Louvre se retrouvèrent-ils à Montauban ?

 Le déplacement de ces si nombreuses oeuvres, corollaire à la situation politique, ne se fit pas  directement, en un seul mouvement mais épousa les aléas de l'Histoire.           

Après une partie relatant les événements qui précédèrent et expliquent cet exil, on suivra  le  musée du Louvre transféré sur les routes de France, ballotté et abrité dans plusieurs refuges avant de trouver une retraite d'environ deux ans et demi -la plus longue de toute la guerre- à Montauban.

DSC04960 2 AvecToussaint Louverture    

    Devant Toussaint Louverture   Musée du Nouveau Monde

Voyage à La Rochelle – 11 et 12 mai 2016

DISCOURS DU PRESIDENT DE L'ACADEMIE DE MONTAUBAN, PHILIPPE BECADE

(pour accéder au texte cliquer ici)

EN PASSANT PAR LA ROCHELLE, COMMUNICATION DE MICHEL SUSPENE

(pour accéder au texte cliquer ici)

 DEUX CITADELLES DU PARTI HUGUENOT EN PROIE AUX DIVISIONS COMMUNICATION DE GUY ASTOUL

(pour accéder au texte cliquer ici) 

MICHEL BERAULD (1537-1611), PIERRE BERAULD (1577-1642) DEUX PASTEURS DE COMBAT COMMUNICATION DE JEAN LUIGGI

(pour accéder au texte cliquer ici)

             L’Académie de Montauban vient de rendre visite au chef-lieu de la Charente maritime. La ville est tout entière vers la mer. Deux tours monumentales, pareilles à des sentinelles, gardent l’entrée du port. Cernées par l’océan, elles sont l’emblème du passé "rebelle" de la cité. Corsaires ou pirates, défenseurs de leur foi ou résistants, les Rochelais ont toujours fait preuve d’une audace qui a façonné le caractère fier et indépendant de la ville.

            Cet esprit frondeur et déterminé a permis à La Rochelle de rayonner dans le monde entier. Les échanges avec le Nouveau Monde (XVIIIe siècle) ou l’Afrique (XIXe siècle) témoignent de la volonté de la ville de s’ouvrir vers l’extérieur. C’est ce qu’ont pu apprécier les Académiciens montalbanais en visitant le Musée du Nouveau Monde, témoin des relations entre la France et l’Amérique et qui transporte les visiteurs des Antilles à la Nouvelle-France à travers peintures, sculptures, cartes anciennes, armes et objets d’art. C’est ce que nous avons pu également vérifier au Musée du Protestantisme qui met en lumière les événements du passé protestant de La Rochelle, d’Aunis et de Saintonge, mais aussi du fait religieux d’aujourd’hui.

 

 

Salvador Dali et Gala

Gala et Salvador Dali

Des couples mythiques d’où sont nés tant de chefs-d'œuvre "

par Mme Andrée CHABROL-VACQUIER, membre titulaire (séance du 2 mai 2016)

 

 

            Au cours des siècles, l’image du couple habite l’histoire des chefs-d’œuvre dans tous les domaines de l’art. "L’Autre" ensemence l’œuvre qui, de toute façon, naîtra. Qu’aurait-été Rodin sans Camille Claudel, Saint-Exupéry sans Consuelo, Dali sans Gala, et tant d’autres ? C’était le thème de la brillante conférence "Des couples mythiques d’où sont nés tant de chefs-d’œuvre" faite à l’Académie par Mme Andrée Chabrol-Vacquier, membre titulaire.

" 

Lyautey1

Lyautey au Maroc

 

 LYAUTEY au Maroc et la dynastie Alaouite " 

par M. Yves RIPOLL, membre titulaire (séance du  4 avril 2016)

            L’Académie de Montauban a eu le plaisir d’écouter l’agréable conférence de M. Yves Ripoll, membre titulaire, sur le thème Lyautey au Maroc et la dynastie alaouite. Hubert Lyautey (1854-1934), maréchal de France, académicien, a assumé le mandat de résident général au Maroc de 1912 à 1925.

            Un accident d’enfance l’oblige à rester alité pendant 7 ans. Il acquiert une vie normale à 12 ans. Ce qu'il perd en jeux d'enfants et exercices physiques est compensé par la lecture et un éveil précoce de son intelligence. Il fait ses études au lycée Sainte-Geneviève de Paris où il apprécie la pratique religieuse et une certaine sympathie royaliste. Il choisit le métier des armes et est reçu à Saint-Cyr en 1873. Envoyé en 1877 en Algérie comme officier de cavalerie, il reste influencé par ce pays lorsqu’il revient en métropole, suite à la publication d'un essai : « du rôle social de l'officier dans le service militaire universel ».

 

Rigail-de-lastours-31

François Rigail de Lastours (1855-1885) et l’aventure africaine

par Mme Bénédicte PELISSIE du RAUSAS, membre associée (séance du 7 mars 2016)

Sur la maison à l’angle de la rue du Moustier et des allées Mortarieu, à Montauban, une plaque de marbre a été placée sur laquelle nous pouvons lire : « François Rigail de Lastours / Explorateur du Congo / Décédé à Lastourville (Congo) le 15 juin 1885 / Est né dans cette maison / Le 26 mai 1855 ».

Qu’est-ce qui a pu conduire ce Montalbanais dans l’aventure dangereuse de l’Afrique ? Qu’espérait François Rigail de Lastours de ces contrées que les géographes décrivaient «  nhospitalières, mystérieuses, fermées», lui le jeune homme raffiné « grand et sec, avec son teint brun ses yeux noirs, vifs, sa bouche railleuse, le cheveu dru et noir », lui qui «  savait la vie et l’aimait pour tout ce qu’elle a seulement d’élégant et de délicat » ?

 

                                                                         douaumont361

Le fort de Douaumont en 1916 

  " Verdun 1916 : le début de 300 jours en enfer", 

                   par le général Noël CHAZARAIN, membre titulaire (séance du 1er février 2016)                                            

« Le nom de Verdun est devenu comme un synonyme synthétique de patriotisme, de bravoure et de générosité » : ainsi débutait, avec ces mots de Raymond Poincaré, la conférence de M. Noël Chazarain, membre titulaire, sur le thème Verdun février 1916 : le début de 300 jours en enfer. Durant dix mois, cinquante deux millions d’obus feront dans les deux camps plus de 700 000 victimes : 306 000 morts ou disparus et 406 000 blessés. L’enfer !

 

                                                                          Pierre-Paul-Riquet-20presseGF1

   Pierre-Paul RIQUET

Le Canal du Midi "

par M. Mariano MARCOS, membre titulaire (séance du 4 janvier 2016)

Le lundi 4 janvier 2016, l’Académie de Montauban a vu le nouveau Bureau en action, animé par M. Philippe Bécade, président et M. Jean Luiggi, secrétaire général. Après un bref rappel concernant le Dictionnaire des Montalbanais, dernier ouvrage de l’Académie, le président a reçu M. Mariano Marcos au fauteuil libéré par M. Pierre Theau dont étaient rappelés son parcours professionnel, son engagement de résistant et son talent de poète, lecture de sonnets à l’appui.

Ensuite, l’architecte honoraire des Bâtiments de France s’exprimait sur un sujet qui lui était cher : le canal du Midi, à l’aide d’un diaporama conséquent.