ParInsti011.jpg

      L'Institut de France et sa célèbre Coupole

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES

 

La Conférence Nationale des Académies des Sciences, Lettres et Arts regroupe sous l’égide de l’Institut de France des académies de province présentant des caractéristiques communes : ancienneté, objectifs, règles de fonctionnement, rayonnement local. L'Académie de Montauban en fait partie. Cette Conférence nationale participe à des échanges inter-académiques, les années impaires en province et les années paires à Paris. Son site (cliquer ci-après : Site de la conférence nationale des Académies) contient un lien vers les sites internet de chacune de ces académies. 

Elle a été créée à l’initiative conjointe du bâtonnier Albert Brunois, alors président de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, et du médecin-général Edmond Reboul, président de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon. La première réunion des 23 académies qui allaient constituer initialement cette Conférence s’est tenue fin 1989 à Paris, à  l’Institut. La Conférence a été officiellement installée et ses statuts adoptés en 1994.

Aujourd’hui, ce sont 32 Académies de province qui composent cette Conférence Nationale des Académies ; elles ont en commun :
- une ancienneté importante, la plupart ayant été créées avant la Révolution ;
- le caractère continu et pluridisciplinaire de leurs activités constituées de réunions régulières, avec des conférences ou des communications de leurs membres ou d’invités, de travaux et de mémoires publiés dans des recueils ou actes ;
- un nombre limité de membres titulaires, tous élus ;
- un rayonnement local et régional par le renom de leurs membres et par la qualité de leurs travaux.

Dans ce cadre, en vue de contribuer à une meilleure mise en valeur en France et à l’étranger du patrimoine culturel et intellectuel que représentent les Académies de province, la Conférence Nationale des Académies s’est donné pour but de coordonner et de développer par une liaison permanente les initiatives et les réalisations des Académies de la Conférence, chacune d’entre elles continuant à agir en pleine autonomie dans le cadre de son statut et de ses spécificités.
Ainsi la Conférence vise :
- à mettre en communication les différentes Académies et à promouvoir les relations interacadémiques ;
- à favoriser les travaux en commun ;
- à contribuer avec l’Institut de France aux réflexions sur le rôle et les évolutions des Académies de province.

 

 


 

 x_093.jpg

     Olympe de Gouges

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES

PARIS, FONDATION CINO DEL DUCA -  9/10 OCTOBRE 2009

 

« Les académies ne cessent de susciter l’intérêt du public. »

"Le progrès social » abordé dans la réunion des Académies de France les 9 et 10 octobre 2009, est au cœur même de la vie académique, a souligné dans son introduction André Laronde, président de la Conférence nationale des inscriptions et Belles Lettres (Institut de France).

L’Académie de Montauban a rejoint les 200 académiciens présents pour l’occasion à Paris. Elle a été représentée par trois de ses membres titulaires : Norbert Sabatié, président, Geneviève André-Acquier, conférencière et Philippe Rollin, déjà présent lors de 12 des précédentes séances.

C’est au cours des échanges entre les représentants des divers lieux de France, qu’ont été évoquées d’utiles et efficaces coordinations, ce qui représente un avantage appréciable.

Pendant le déjeuner très convivial dans les parages de l’Institut ainsi qu’au dîner au Sénat, il fut possible aux participants de lier ou de relier connaissance.*

Nous étions très disposés à écouter et entendre l’élogieuse synthèse des conférences tenues au quai de Conti, sous le titre du « Droit au bonheur », par Michel Woronoff qui fut président de la Conférence.

Toutes ces actions en faveur du progrès social sont sous-tendues par la croyance dans le « temps fléché » vers des temps « éclairés », comme le disait si bien Chantal Delsol de l’Institut. Après la réflexion sur les acteurs du progrès et des Académies, Michel Woronoff conclut ainsi : « Pourtant, dans toutes ces initiatives, il y a comme un grand élan vers plus de justice sociale et de bien-être pour tous. Cela s’appelle "le droit au bonheur". »

 Montauban a eu le privilège de présenter une intervention de Geneviève André-Acquier sur Olympe de Gouges dans la période révolutionnaire (Parole de citoyenne) devant une assistance très conquise (voir texte ci-joint : Olympe de Gouges dans la tourmente de la Révolution)

Quant à l’évocation de Duc La Chapelle par Norbert Sabatié, elle a rendu témoignage de la quête inlassable de ce savant dont l’esprit tourné vers l’avenir avait pour unique visée l’amélioration du sort de ses semblables  (voir texte ci-joint : Duc-Lachapelle)

La conférence 2010 des académies de France s'est tenue à Metz les 6-7-8 octobre. Pour le colloque de 2011 de la C.N.A. à Paris, le thème proposé était : « La découverte de la terre » (géologie, géographie, explorations, etc.). En 2012, c’est Bordeaux qui a accueilli superbement.

 

Norbert Sabatié, Geneviève André-Acquier

 


 

 Charles_Louis_Auguste_Fouquet_maréchal_de_Belle-Isle1.jpg

      Le Maréchal de Belle-Isle

 

 LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES - 2010

 METZ- 6/7/8 OCTOBRE 2010

 

« L'Utile »

 

Si jamais l'on avait gardé de la ville de Metz une image ancienne, marquée par son passé de ville de garnison, austère et froide, par le déclin industriel de la Lorraine, plusieurs fois victime de l'occupation étrangère et bouleversée en conséquence dans sa démographie et son urbanisme, cette vision est révolue : la Conférence Nationale des Académies de provinces, réunie cette année dans la cité mosellane, a renversé tous ces clichés. En accueillant les 6, 7 et 8 octobre les représentants de 31 académies, l'Académie nationale de Metz a fait la preuve tout à la fois de l'énergie passionnée et généreuse de ses membres et de la vitalité, de la modernité de leur ville.

L'événement, qui fêtait les 250 ans de la compagnie, a dépassé de beaucoup ce que l'on attend de la célébration d'un anniversaire, qui plus est « académique ». Il a témoigné de la part active que peut prendre une académie non seulement dans la connaissance du passé, mais aussi dans le devenir d'une région.

Très heureusement centré sur le thème « Urbanisme, image du pouvoir », le colloque a marqué la fidélité de l'Académie à son fondateur, le maréchal duc de Belle-Isle qui dota la ville de son premier plan d'urbanisme, mais il a manifesté sa volonté d'aider dans le présent à la réconciliation avec le passé en évoquant le deuxième plan (prussien) d'urbanisme sous Guillaume II, les résistances architecturales à l'occupant, les épreuves surmontées de la pluralité religieuse, toujours visibles dans ses monuments.

Il fut offert aux 257 académiciens des provinces françaises présents, réunis successivement dans les édifices principaux de la cité, magnifiquement réhabilités et réemployés, de vivantes communications prolongées sur le terrain par des commentaires précieux au cours de visites-promenades en ville et dans la région messine. Ainsi présentés l'Arsenal, la Cathédrale aux multiples vitraux, le Temple Neuf, la gare impériale, l'avenue Foch, les places, les voies d'eau. ne sont plus seulement des rendez-vous touristiques, mais autant de traces - émouvantes - de la vie des hommes qui ouvrent à jeter des ponts vers l'avenir. La discrète demeure de Robert Schuman où fut pensée l'Europe et l'étonnant Centre Georges-Pompidou-Metz en sont les derniers signes, profondément réconfortants. L'image de la ville ainsi dressée est belle aux yeux de ses habitants. Elle est riche d'enseignement pour les visiteurs privilégiés qu'étaient les académiciens des provinces françaises.

Dans la composition de ces trois journées où sont intervenus des orateurs aux fonctions diverses, il fallait savoir lire aussi le rôle de l'Académie elle-même au cours de sa longue histoire. Rien de mieux pour la caractériser que de rappeler sa devise : « L'Utile ». Utile en effet, elle le fut autrefois lorsque, dans le souci de participer à l'essor industriel, elle se donna pour mission de développer l'instruction populaire, comme elle l'est aujourd'hui en ouvrant en faveur du dialogue interreligieux. Elle l'est encore par les encouragements qu'elle donne aux travaux historiques et aux projets culturels. Elle l'est de façon générale en misant sur l'ouverture, les multiples liens à tisser avec les sociétés sours et voisines et l'implication de ses membres dans la vie de la cité.

Que Christian Jouffroy, le nouveau président de l'Académie de Metz, Jeanne-Marie Demarolle, actuellement présidente de la Conférence Nationale et tous les académiciens organisateurs de cette fructueuse rencontre soient chaleureusement remerciés pour ces « utiles » perspectives.>

Geneviève André-Acquier

 


 

 

Père_Huc.jpg

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES - 2011

PARIS - 7/8 OCTOBRE 2011

En l’absence de notre Président, M. de Reyniès, souffrant, deux représentants de l’Académie de Montauban ont été présents à la Conférence Nationale des Académies de France, les 7 et 8 octobre 2011 à Paris : Geneviève André-Acquier et Philippe Bécade, ainsi que Jean-Marie Senocq pour sa contribution écrite sur le Père Evariste Huc.

Le sujet traité cette année était « La découverte de la terre », sujet relevant – une fois n’est pas coutume – de la géographie. Il avait pour avantage de solliciter des disciplines variées, historiques, scientifiques, artistiques…, mais aussi de démontrer l’enrichissement en idées neuves que l’on doit à tous ces découvreurs partis des provinces françaises explorer, sonder la planète.

En perspective, la rencontre de 2012 aura lieu à Bordeaux sur le thème : « Défis du XXIe siècle », sujet qui constitue un autre signe en faveur d’une réflexion académique : bien que souvent tournée vers le passé, elle sait faire la part du local et de l’universel, de la réalité présente et de la prospective.

 Geneviève André-Acquier

 


 

 

 images_accueil_1.JPG

      L'Académie de Bordeaux

 

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES - 2012

 BORDEAUX- 3/4/5 OCTOBRE 2012

            L’Académie de Montauban a participé, comme de coutume, à la conférence Nationale des Académies de Sciences, lettres et arts qui s’est réunie cette année à Bordeaux, pour son tricentenaire. Un tel événement organisé en province est toujours une belle occasion pour une académie de valoriser ses travaux au-delà de ses frontières et, ce faisant, de révéler aux académiciens visiteurs les ressources insoupçonnées de la région et de sa ville capitale.

            Promesse tenue par l’Académie bordelaise qui a su présenter pendant les trois jours de colloque (3, 4 et 5 octobre) comment l’Aquitaine se prépare aux défis du XXIe siècle.

            Le Bordelais, terre d’excellence du vignoble, berceau de Montaigne, de Montesquieu, de Mauriac... nous est ainsi apparu soucieux de faire vivre son riche patrimoine, naturel et culturel, que les voisins que nous sommes connaissons bien et avons aimé retrouver : sa pierre blanche, les bonnes tables, ses paysages si caractéristiques, Malagar ou La Brède…Mais plus surprenant, et plus difficile à connaître pour le touriste, le non initié, le dynamisme d’une région et d’une ville qui sont devenues en peu de temps un haut lieu de l’aéronautique militaire et commerciale (Héraklès-Safran, Dassault Aviation), mais aussi un pôle de recherche unique en France dans le domaine des neurosciences ou celui de l’industrie de l’énergie et des lasers…

            Grâce au partenariat étroit et ancien de l’Académie de Bordeaux avec ces entreprises prestigieuses - et interdites aux curieux -, les portes se sont entrouvertes pour nous, assez pour imaginer que Bordeaux, en se vouant de façon résolue à la recherche scientifique, s’est effectivement donné un passeport pour le futur !

                                                             


 

 Jacques_Lordat.jpg

          Jacques Lordat

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIE - 2013

PARIS, FONDATION DEL DUCA -4/5 OCTOBRE 2013

 

Après la rencontre à Paris autour de « La découverte de la terre », les trente et une académies de France ont été réunies en cet automne 2013 (4 et 5 octobre) à la Fondation Del Duca sur le thème ambitieux et passionnant « L’esprit en progrès ». Par son ampleur et les possibilités diverses de s’y inscrire, le sujet choisi à nouveau marquait bien la visée intellectuelle et morale qui préside à ce rassemblement des académies : transmettre la mémoire du savoir, assurer le progrès des connaissances, afin, comme disait Mme Demarolle, d’ « ancrer résolument les valeurs humanistes dans le monde d’aujourd’hui ».

Le colloque fut l’occasion de riches communications organisées autour de trois axes principaux : la marche vers le progrès, les outils du progrès, les acteurs du progrès. L’Académie de Montauban, représentée par quatre de ses membres, a pris sa part de cette réflexion grâce à notre confrère Jean-Luc Nespoulous, qui évoqua brillamment la figure et l’aventure scientifique de Jacques  Lordat (1773-1870), fondateur de la neuropsychologie cognitive, une discipline à la croisée des savoirs et qui s’interroge sur la source même de toute connaissance, dans la relation que le cerveau/esprit entretient avec le langage.

De la description des symptômes à la modélisation du fonctionnement du langage dans le cerveau/esprit humain (pour lire le texte, cliquer ici)

Que le propos relève du domaine philosophique, scientifique et technologique, au plan social ou économique, de médecine ou d’agriculture…, les travaux académiques présentés, nourris d’expériences et compétences variées, ont fait de cette réunion inter-académique, avec les inquiétudes partagées et les espoirs entrevus, un moment de réflexion et d’échanges  fructueux et largement ouvert sur le possible. Aussi n’est-il pas de conclusion à arrêter, si ce n’est par la recommandation à se faire d’entretenir en soi désir de savoir et exigence de lucidité, sachant que « nous sommes encore des enfants trébuchant au seuil de l’avenir ».

Que soient remerciés pour cette belle organisation les membres de l’Institut de France, M. François Braud, président de la C.N.A. et Michel Woronoff sous la direction duquel ont été conçus et édités les Actes du colloque, qui nous restent à méditer…

 

Geneviève André-Acquier

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

 

 

 


 

 orleans.jpg

     La cathédrale d'Orléans

 

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES - 2014

ORLEANS, 8/9 OCTOBRE 2014

                                              

            A l’occasion de son assemblée générale, la conférence des académies de France s’est réunie cette année les 8 et 9 octobre à Orléans. Riche rencontre, pour les échanges que les trente et une académies de France entretiennent ainsi, mais aussi, au travers des communications et visites proposées en province, pour la connaissance des ressources d’une ville, d’un département et d’une académie. Attachée à la connaissance de son patrimoine historique, mais sensible aux enjeux de la situation présente, l’Académie d’Orléans a pour beaucoup éclairé d’un jour nouveau la cité johannique.

             Rien d’étonnant, il est vrai, que cette ville au cœur de l’Histoire de France, ait reçu le label Ville d’Art et d’Histoire (2009). Orléans a été marquée par les invasions, les guerres, toutes les guerres, mais aussi les heures de gloire et de prospérité, qui ont contribué au total sa notoriété. Mais aujourd’hui Orléans pense son avenir.

La Loire qui a fait longtemps sa vocation pour l’échange commercial avec l’ailleurs, est mise à profit désormais pour d’autres richesses, culturelles et touristiques. Soucieuse de garder son identité et forte de son environnement d’eaux et de forêts, d’un savoir ancestral en botanique à de récentes découvertes en biochimie, Orléans s’est peu à peu dotée d’activités industrielles nouvelles dans les domaines de la pharmacie et de la cosmétique. Et de la terre à l’univers, pour l’esprit aventureux, il n’y a qu’un pas : la cité, à travers les nombreux chercheurs de La Source, regardant aussi du côté de l’espace et de Mars, est devenue un pôle de recherche d’excellence en physique, reconnu au plan national et international…

L’Académie orléanaise, en deux jours, a ainsi brossé le portrait d’une ville qui s’avance résolument vers le futur, sans cesser d’être fidèle à son passé et à elle-même. Elle a fait la preuve, par ses membres aux compétences très diverses, de la part qu’elle a prise et prend dans cette reconversion et cet essor.

Dans cet esprit, l’assistance s’est vu offrir un moment musical hautement représentatif et enthousiasmant : l’Ensemble vocal Variation a interprété des œuvres de René Berthelot et Claude-Henry Joubert, l’un et l’autre successivement directeurs du Conservatoire, mais aussi compositeurs, enseignants… et académiciens. Ce fut un moment de grâce, car se trouvait merveilleusement servies des voix venues du passé, celles de Giono et de Péguy, évoquées sur un mode musical d’une étonnante et belle modernité.

Promesse tenue : Orléans, ville d’histoire… et d’innovation.

La prochaine Conférence des académies se tiendra en octobre 2015 à Paris, sur le thème : Le corps de l’homme.

Geneviève André-Acquier


 

Gabriel_de_Broglie.jpg

 Gabriel de Broglie

Chancelier de l'Institut de France

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES AC ADEMIES - 2015

 PARIS, FONDATION DEL DUCA - 9/10 OCTOBRE 2015 

            

 

La  réunion annuelle s’est tenue les 9 et 10 octobre 2015 sous l’égide de l’Institut de France.

Elle a rassemblé comme en 2013 les trente deux académies de province à la fondation Cino del Duca, magnifique hôtel particulier donnant sur le parc Monceau mais qui n’a hélas pas été conçu pour cela, obligeant les organisateurs à limiter le nombre des participants répartis dans deux salles.

Le bureau national est présidé par madame Françoise L’Homer-Lebleu de l’académie d’Orléans avec comme secrétaire monsieur Christian Frossart également d’Orléans.

Rappelons que la C.N.A. publie la lettre des académies, sorte de bulletin de liaison,la revue Akadémos, ainsi que les actes du colloque annuel auquel ont participé Norbert Sabatié et votre serviteur, Jean-Luc Nespoulous n’ayant pu honorer son engagement en raison du décès d’un proche. De plus une contribution écrite intitulée : « De l’aube anatomique à la nanochirurgie,une fantastique aventure humaine » a été présentée ( Ph. B.),le thème retenu étant : « LE CORPS DE L’HOMME ».

De l’aube anatomique à la nanochirurgie,une fantastique aventure humaine (pour lire le texte, cliquer ici)

            Ce fut un foisonnement de présentations aussi brillantes que variées parmi lesquelles j’extrairai (choix par essence arbitraire) :l’avant propos à connotation philosophique du professeur Bernard Bourgeois membre de l’Institut, « Le corps féminin et la mode » par Michèle Pallier (Nîmes),ainsi que : « Les représentations humaines dans l’art du paléolithique supérieur en Eurasie » par notre consoeur toulousaine Anne-Christine Welté

qui a souligné l’énigme non encore résolue de l’absence de figurations d’enfants ou de scènes maternelles dans les peintures rupestres de cette époque.

Soulignons aussi la communication aussi remarquable qu’empreinte  d’humanité du professeur Devauchelle chirurgien au C.H.U. d’Amiens, pionnier des transplantations de visage, qui, après en avoir exposé les difficultés techniques, s’est attardé sur les problèmes psychologiques de ces interventions si particulières.

            Auparavant madame la présidente nous avait entraîné dans une promenade sémantique, du « soma» des grecs au « Leib » et au « Körper » des philosophes germaniques du XIXe siècle cherchant dans le corps la personne humaine. A la question d ‘Heinrich Heine : « Dites-moi qu’est ce que l’homme ? » ce grand écrivain romantique  répondait lui-même : « Est bien fou qui attend la réponse ». On pourrait toutefois ajouter que Friedrich Hegel en risqua une : « Der mensch ist anerkennung » ( l’homme est désir de reconnaissance).

            Il ne restait plus à monsieur Gabriel de Broglie, chancelier de l’Institut de France qu’a conclure avec autant d’humour que d ‘esprit après la synthèse rituelle de Serge Woronoff.

Philippe Bécade

 


 

 Conférence_nat_des_aca_2.jpg

    Mme F. L’HOMER-LEBLEU, présidente de la CNA

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES

TOULON - 5/6/7 OCTOBRE 2016

 

Philippe Bécade, président de l’Académie, accompagné de Jacques Carral, a participé aux travaux de cette conférence qui s’est tenue à Toulon du 5 au 7 octobre.

Après les mots de bienvenue et de présentation de l’histoire mouvementée de l’ACADEMIE DU VAR par B. BRISOU président, une visite de la vieille ville a été proposée aux amateurs de randonnée urbaine . En ouverture des travaux, H. FALCO, maire de Toulon et ancien ministre a souhaite la bienvenue  et rappelé quelques faits marquants de sa cité.

 La séance inaugurale, présidée par Mme F. L’HOMER-LEBLEU, présidente de la CNA, a été introduite par Mr J-P. MEYRUES, président honoraire de l’Académie du Var sur le thème : UNE BREVE HISTOIRE DE TOULON puis par LE VAR ET LA MEDITERRANEE par G. BUTI.

 La conférence inaugurale avait comme thème : LA MARITIMISATION, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LE XXIe SIECLE par H. LEGOHEREL, Président de l’académie de la Marine. Après une visite en bateau de la rade de Toulon, le jeudi matin, l’après-midi du 6 octobre a été très studieux. De très nombreuses communications, en rapport étroit avec le thème la mer nous ont été proposées :

  • HISTOIRE DE L’ARSENAL par B. CROS
  • LA NAVIGATION ANTIQUE par  Mme A. SOHIER
  • VOILES DE COMBAT par G. GACHOT
  • DE LA VAPEUR A LA PROPULSION NUCLEAIRE par P. DEVERRE
  • LA PEINTURE DE MARINE DANS LE VAR par J. PERREAU
  • LES OFFICIERS DE MARINE ECRIVAINS par R. BILLAULT
  • LES SOUS-MARINS, DES NAUTILUS AUX BARRACUDA par C. ARATA
  • HISTOIRE DE LA PLONGEE ET DES BATHYSCAPHES par B. BROUSSOLLE

La séance de la dernière journée, le vendredi 7, présidée par D. GRASSET, ancien président de la CNA et de l’Académie de MONTPELLIER, était consacrée aux heures sombres de Toulon : à « TOULON ET LA CORSO PIRATERIE » présentée par G. BUTI,  au BAGNE DE TOULON par A. BERUTTI  et  AU  SABORTAGE de la flotte  et LES BOMBARDEMENTS de Toulon pendant la Seconde guerre mondiale, par JP. MEYRUEIS.

L’assemblée  générale statutaire de la CNA  a mis un point final à ses 3 jours  de travaux et de visites à TOULON. Elle a été présidée par Madame Françoise L’Homer-Lebleu, présidente de l'académie d'Orléans présidente sortante de la CNA qui a présenté d'abord son rapport moral et remercié l'ensemble des membres du bureau, puis a évoqué successivement diverses questions qui ont mobilisé la conférence nationale des académies :

- les archives de la CNA

- les relations internationales

- les relations avec l’Institut.

1) Les relations internationales ne se sont pas développées durant ces deux années. Elles restent à réactiver mais pour cela il faut que la CNA soit crédible. Ces relations n’ont existé jusqu'ici qu'en raison de relations interpersonnelles mais le changement trop fréquent à la tête de la CNA ne facilite pas le suivi de ses relations avec des académies étrangères qui sont plus en attente de relations avec l’Institut.

2) Les archives de la CNA :  une réunion des délégués académiques en juin dernier a permis de faire avancer le sujet. Nous sommes toujours à la recherche d'un hébergement gratuit mais en attendant la présidente a constitué un cahier sous forme papier contenant les comptes-rendus des assemblées générales et des réunions de bureau de la conférence nationale des académies depuis 2000. La présidente est toujours à la recherche de certains documents entre1987 et 2000, en contactant les différentes académies qui ont exercé la présidence depuis cette date. Elle est aussi à la recherche des anciens numéros d’AKADEMOS. La numérisation reste à faire et la définition du lieu d'hébergement à décider A définir aussi les documents qu’il faudra conserver. Les archives sont donc hébergées provisoirement à Orléans et le cahier transmis au nouveau président, Jean-Paul Meyrueis (président honoraire de l’académie du Var).

3) Les relations avec l’Institut : L’Institut est le protecteur des académies de Province. Il a rappelé récemment qu’elle était leur mission : être présent dans la ville et servir.

Le rapport moral est approuvé à l’unanimité.

Le rapport d’activité a été présenté par le secrétaire général, M. Christian Froissard.

                Il rappelle le colloque qui s’est tenu à Paris en 2015 sous le patronage de l’Institut. Après avoir rappelé la « mission archive » dont le travail n’est pas achevé, il fait le point sur les outils de communication de la CNA :

-Akadémos :  c’est une sorte de « cabinet de curiosité ». Chacun peut y envoyer des textes pour publication. La liberté d’expression est entière et la porte est largement ouverte à tous les académiciens de province.

-L’annuaire : il a été publié en 2015. Prochaine parution en 2018. Il faudra « normaliser » le format des informations à fournir par chaque académie.

-La lettre des Académies : elle a définitivement cessé de paraître, au profit du site internet

Christiane ROEDERER, présidente de l’académie d’Alsace, en clôture de ces 3 journées de rencontre, a invité les membres des Académies régionales à rejoindre Strasbourg et Colmar en 2018.

Ces quelques jours ont permis de mesurer une fois encore, l’importance et la complexité d’une telle manifestation. L’organisation a été parfaite (hébergements, intervenants, lieux de travail, visites, transports, repas…) et l’accueil très chaleureux. 

Jacques Carral