L’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Tarn-et-Garonne

(1883-1920)

 

           A la fin de 1882, une modification se produisit. A plusieurs reprises déjà, le projet avait été formé de redonner à la Société des Sciences, Belles-Lettres et Arts, le titre d' « Académie ». L'autorisation gouvernementale, demandée à cet effet, avait toujours été refusée. Mais à ce moment les objections faites par l'autorité à la reprise de ce titre ancien devinrent moins catégoriques. Enfin, l'autorisation du pouvoir fut accordée.

            Les 3, 13, et 21 février 1883, dans une série de réunions importantes, la Société Littéraire adopta, à nouveau, le titre de :                «Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Tarn-et-Garonne», avec siège à Montauban. Cette décision de l'Académie fut communiquée à la Préfecture de Tarn-et-Garonne, qui l'enregistra le 3 mars 1883, en visant et approuvant le nouveau règlement de l'Académie.

            A compter du 20 juillet, la société retrouve officiellement son ancienne dénomination d’Académie. Elle a de nouveau un président, Louis FOISSAC-JULIA et poursuit ses activités traditionnelles dont le Recueil, publié désormais régulièrement, nous conserve le souvenir. Le premier Recueil de la 2e série porte la date des années 1883-1885. Elle marque un intérêt accru pour son histoire et apporte son concours,  en 1888 à  Emerand Forestié, neveu pour la publication  : « La Société littéraire et l’ancienne Académie de Montauban  ». qui est un document de référence sur l’histoire de l’Académie de Montauban sous l’Ancien Régime.

            En 1883, les  statuts de l’Académie renaissante avaient, en plus des trente membres résidants, créé six places d' « Associés résidants » destinés à des membres qui, du fait de leurs occupations professionnelles, n'habitaient que momentanément la ville de Montauban. En 1891, le 6 juin, les six Associés résidants ont été incorporés au nombre des membres titulaires qui furent désormais 36. Puis, par décision de l'Académie du 6 juillet 1895, le nombre des académiciens titulaires fut porté de 36 à 40, et quatre nouveaux membres titulaires furent élus, dont 3 le 27 juillet 1895, et le quatrième le 1er février 1896.

 

L'Académie de Montauban (Sciences, Belles-lettres, Arts, Encouragement au Bien)

(1920 à ce jour) 

 

             Le nom d' « Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Tarn-et-Garonne », adopté en 1883, est transformé par une décision du 20 décembre 1920 de l'Académie en celui de :« Académie de Montauban » (Sciences, Belles-Lettres, Arts, Encouragement au Bien). La déclaration d'existence de l'Académie de Montauban, faite le 10 mars 1924, est publiée au Journal Officiel du 22 mars 1924.

            En 1928, le nouveau président, Jean-Dieudonné Donnadieu, met en œuvre la décision de transfert du siège de l’Académie prise en 1927 par son prédécesseur, le Dr Labat. Elle quitte le Cercle de l’Agriculture pour s’installer à la Chambre de Commerce et d’Industrie, Porte du Moustier. Le déménagement et les travaux d’aménagement grèvent lourdement son budget.

            Il lance également un programme de réformes pour donner un nouvel essor à l’Académie. Il augmente le nombre de cotisants (de 63 à 200) ce qui, ajouté à une forte augmentation de la subvention du conseil général (de 200 à 800 francs) permet l’accroissement  des recettes de l’Académie qui passent, entre 1927 et 1929, de 2000 à 7000 Francs. Ces nouveaux moyens financiers rendront possible désormais l’attribution régulière de prix littéraires ET de prix de Vertu. Un autre projet du président Dieudonné porte sur la conception et la diffusion du Recueil. Le manque de moyens dans les années précédentes le réduisait à une centaine de pages et empêchait la parution annuelle (un seul numéro pour les années 1926/27/28). Il est décidé qu’à partir de 1929, sa parution sera annuelle et son volume doublé. Il est prévu aussi d’améliorer sa diffusion par voie d’abonnement et de vente en librairie tout en l’ouvrant à la « réclame ». En même temps, le président engage une réforme statutaire afin de regrouper les différentes catégories de non-titulaires (non-résidants, honoraires, correspondants) en un seul groupe, les « associés », d’ouvrir cette nouvelle catégorie aux femmes et d’imposer à ces « associés » le versement d’une cotisation. Le président Dieudonné s’engage également à créer un fichier des membres (pour la postérité) et un règlement intérieur.  Il fait aussi reconstituer et compléter la présentation du vieux sceau de l'Académie réglé en 1744 par les Lettres Patentes.

            C'est dans le recueil de 1928, paru au milieu de 1929 que fut, pour la première fois appliquée la décision du 20 décembre 1920 adoptant le titre d' « Académie de Montauban ». Ce projet de modification des statuts aboutit en 1935. L’Académie fait alors en préfecture  une nouvelle déclaration d'existence le 27 décembre 1937, publiée au Journal Officiel du 14 janvier 1938.