Imprimer
La Castelmairanenca

(paroles de F. Laforgue  & musique de E. Rattier)

Refrain

Castelmairan. O mon pichon vilatge,
Que tu sei grand e polit a mos uèlhs,
Que seu urós d’estr’ un de tos mainatges,
D’atge grandit au climat de ton cèl, 

Tot entà tu me charma e m’atira,
Quicòm m’estaca au sòl ont seu nascut.
Jo t’aimi mei que la pus granda vila,
Castelmairan sei lo vilatge elut.

Castelmayran. O mon petit village
Que tu es grand et joli à mes yeux,
Que je suis heureux d’être un de tes enfants,
D’avoir grandi au climat de ton ciel,

Tout envers toi me charme et m’attire,
Quelque chose m’attache au sol où je suis né.
Moi je t’aime plus que la plus grande ville,
Castelmayran tu es le village élu.

1

A tu Castelmairan, la flor de la joinessa,
Los jun’òmes son fièrs, respiron la santat,
Trabalhon sans arrèst ton sòl dambe ardièssa, 
E ne son plan fièrs quand a plan raportat.

Las filhas son superbas, frescas coma rosada, 
Quand passatz au prèp d’elas de tan que sentan bon,
Vos embauman lo còr e vos perfuman l’amor
Car lor audor egala la pus polida flor.

A toi Castelmairan, la fleur de la jeunesse,
Les jeunes hommes sont fiers, ils respirent la santé,
Ils travaillent sans arrêt ton sol avec hardiesse
Et ils en sont bien fiers quand ça a bien rapporté.

Les filles sont superbes, fraîches comme la rosée,
Quand vous passez près d’elles,elles sentent si bon
Elles vous embaument le cœur et parfument l’amour
Car leur odeur égale la plus jolie fleur.

2

Ton grand e bèl cloquièr, a la mina antica
Se dressa fièr e noble e defisa los ans,
E cada jorn escota la polida musica
Der sièis gròssas campanas que retén dins sos flancs.

Jo ne seu plan fièr d’una tala relica
E quand seu un pauc lenc m’atriga d’arribar
A l’ombra deu cloquèr ont passarai ma vida
Au mièg de mos mainatges qu’ensenhi a t ’aimar.

Ton grand et beau clocher, à la mine antique,
Se dresse fier et noble et défie les ans,
Et chaque jour écoute la jolie musique
De six grosses cloches qu’il retient dansses flancs.

Moi j’en suis bien fier d’une telle relique
Et quand je suis un peu loin il me tarde d’arriver
A l’ombre du clocher où je passerai ma vie
Au milieu de mes enfants que j’enseigne à t’aimer.

3

Tos ostals mai que vièlhs, an surament de linha,
Nombroses son en reng, parelhs a de soldats,
Sur quatre o cinc carrièras que plan d’endreches envian,
E de las posseidar just’ es nòstra fiertat.

E sur caduna d’ela, un atelhièr foncciona,
Talhur, faure o charron, cordoire, tonelhièr,
Ton vilatge es vivent de l’auba a la bruna,
Ei  charmant e plasent graci’ a sos atelhièrs.

Tes maisons plus que vieilles ont sûrement de l’allure,
Nombreuses elles sont en rang pareilles à des soldats,
Sur quatre ou cinq rues que beaucoupd’endroits envient,
Et de les posséder est juste notre fierté.

Et sur chacune, un atelier fonctionne,
Tailleur, forgeron, ou charron, couturier, tonnelier,
Ton village est vivant de l’aube à la brune,
Il est si charmant et plaisant grâce à ses ateliers.

4

Es plan digna de tu, ta polida arribada
Dambe son marronièr e son bèl monument,
Nos rapèlan totjorn l’espleit dels camaradas
Que de te defendre n’avián fait lo serment.

Ton tap dambe son Crist e sas bèlas platanas
Segon las circonstancias es piós que risent,
S’i canta de cantics un pauc sur totas gamas,
S’i rigòla, s’i dansa, s’i amusan los jovents.

Elle est bien digne de toi, ta jolie arrivée
Avec son marronnier et son beau monument,
Il nous rappelle toujours l’exploit des camarades
Que de te défendre ils en avaient fait le serment.

Ton talus avec son Christ et ses beaux platanes
Selon les circonstances est aussi pieux que rieur,
Il s’y chante des cantiques un peu sur toutes les gammes,
Il s’y rigole, il s’y danse, les jeunes s’y amusent.

5

Ton vièlh pont tan plasent, damb una graci’ exquisa
Monta a chaval sur la Sera, bèl riu,
E lo dimeng’ en fola nòstras polidas filhas,
Jun’ òm’ au bras, urosas, atacan la question.

Servís de trait d’union a vila e vilatges
Au mièg de bèles biules que provòcan lo cèl.
O mon Castèlmairan, seu fièr de tos paratges,
Ton vièlh pont tan plasent t’es un charme de mei.

Ton pont vieux si plaisant, avec une grâce exquise         
Monte à cheval sur la Sère, beau ruisseau,
Et le dimanche en foule nos jolies filles,
Jeune homme au bras, heureuses, attaquent la question.

Cela sert de trait d’union de ville à villages
Au milieu de grands peupliers qui provoquent le ciel.
O mon Castelmayran, je suis fier de tes parages,
Ton vieux pont si plaisant t’est un charme de plus.

6

Ta Sera, pichon riu, agreabl’ au possible,
Raive dels pescafins, complici de l’amor,
Se tortilha modeste, se vòl rendre invisible
E portant malgrat tot, son gais sos alentors.

Lo rossinhòl i canta, dins sa verda brossalha,
Sur son rivatge fresc i possan los casses,
Quand dins son aiga canda, ton cloquièr se miralha,
Es orgolhós e fièr de rampar a tos pès.

Ta Sère, petit ruisseau, agréable au possible,
Rêve des pécheurs, complice de l’amour,
Se tortille modeste, il veut se rendre invisible
Et pourtant malgré tout, ils sont gais ses alentours.

Le rossignol y chante, dans sa verte broussaille,
Sur son rivage frais y poussent les chênes,
Quand dans son eau claire, ton clocher se reflète,
Il est orgueilleux et fier de ramper à tes pieds.

7

Nos dònes de tos flancs un’ aiga a dobl’ usatge,
D’un costat alimenta un terrum renomat
Ont las lavairas venan de totes los paratges
Se deliar la lenga en fasent lo sabonat.

Tot a costat d’aquí e de per tres canèlas
S’escapa una aiga fresca, ivèrn coma estiu,
E ont galopam totes, dambe nòtras banèlas,
Car bèl Castelmairan, as d’aig’ a profusion.

Tu nous donnes de tes flancs une eau à double usage,
D’un côté elle alimente un terrain renommé
Où les lavandières viennent de tous les parages
Se délier la langue en faisant la lessive.

Tout à côté de là et arrivant par trois canaux
S’échappe une eau fraîche, hiver comme été,
Et où nous galopions tous, avec nos langes,
Car beau Castelmayran, tu as de l’eau a profusion.

8

Es ta bèla campanha ont prospèr’ la recòlta,
Ton molin que nos dona de farina extrà,
L’escòla, la bascula o mei tanben la pòsta
Son autan de richessas que l’om poiriá citar.

Enfin Castelmairan, comoditats n’as planas,
Es benlèu per aquò que plan totes t’aimam
E tos còrs de mestièrs te fan la renomada,
Tanben quirdi plan fòrt : viva castelmairan !

C’est ta belle campagne où prospère la récolte,
Ton moulin qui nous donne de la farine extra,
L’école, la bascule ou mieux encore la poste
Sont autant de richesses que l’on pourrait citer.

Enfin Castelmayran, des commodités  tu en as beaucoup,
C’est peut-être pour ça que nous t’aimons bien tous
Et tes corps de métiers te font la renommée,
Aussi je crie bien fort : vive castelmayran


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...