Imprimer
La Genibrièrenca

(donnée notamment à l’occasion de la soirée récréative du dimanche 6 janvier 1929
offerte par la Jeunesse de Génebrières)

1

En plan bèl las vantan, lors tan famusas vilas ;
Nos dire lors plasers e lors vidas facilas,
Nos-aus, fières païsans, gostam una autra vida,
E per nos passejar al braç d’una polida,
Preferam un camin, siásquèsse  per las brossalhas
Que las ‘lèas tan drechas del jardin de Versalhas ;
Aimam ton aire pur, tos camps e tas carrièras,
Enfin, per ba tot dire, t’aimam, ò Genibrièras !

Ils les vantent tellement belles, leurs villes si fameuses ;
Nous dire leurs plaisirs et leurs vies faciles,
Nous autres, fiers paysans, nous goûtons une autre vie,
Et pour nous promener au bras d’une jolie,
Nous préférons un chemin, serait-ce dans les broussailles,
Plutôt que les allées si droites du jardin de Versailles ;
Nous aimons ton air pur, tes champs et tes rues,
Enfin, pour tout dire, nous t’aimons, ô Génebrières !

Refrain
Salut, ò Genibrièras ! O mon païs, salut !
Vilatge tan polit dins sa simplicitat,
Al cap d’un fièr costèu, cranament castelhat,
Urós que, dins tos murs, un bon jorn es nascut.
Salut, ô Génebrières ! O mon pays, salut !
Village tellement joli dans sa simplicité,
En haut d’un fier coteau, bravement fortifié,
Heureux toi qui, dans tes murs, un bon jour es né.
2
As de famusas vinhas pel cap dels fièrs costèus,
Que fan de vin tan bon coma lo de Bordèus,
Que remplís de vigor lo païsan d’a pr’aiciú,
Amai que fa cants los sers de reunion.
Tos travèrses fertiles lèvan blat sans parelh
E cada fonza umida  engraissa son tropèl ;
A las ròsas de Niça totjorn preferam mai 
Las audors del fen sec que i a al mes de mai.
Tu as de fameuses vignes en haut des fiers coteaux,
Qui font du vin aussi bon que celui de Bordeaux,
Qui remplit de vigueur le paysan de par ici,
Et même qui produit des chants les soirs de réunion.
Tes étendues fertiles font lever un blé sans pareil
Et chaque bas-fond humide engraisse son troupeau ;
Mieux que les roses de Nice, nous préférons toujours
Les odeurs du foin sec qu’il y a au mois de mai.
3
Çò qu’es rare a trobar de filhas plan tot pels,
Totas coma las nòstras, doças coma d’anhèls
E totas a bèl talh, grandas e pichonetas,
Cossi que siásquan, mèchas brunetas e blondetas,
D’uèlhons que lusisson, que fan virar lo cap,
Per las admirar pas, caldriá èstre un vièlh tap ;
Tanben, quand per las vòtas, arriban en tropèl,
Sembla que son tombadas las estelas del cèl.
Comme il est rare de trouver des filles bien de partout,
Toutes comme les nôtres, douces comme des agneaux    Et toutes sans distinction, grandes et petites,
Quelles qu’elles soient, mèches brunettes et blondines,
Des petits yeux qui luisent, qui font tourner la tête,
Pour ne pas les admirer, il faudrait être un vieux lourdaud ;
Aussi, lorsque pour les fêtes, elles arrivent en troupeau,
Il semble que sont tombées les étoiles du ciel.
4

Avèm pas bèl tropèl d’òmes de grand renom,
Mès la lista sacrada d’aquels glorioses noms
Que lo solelh de l’aliga fa lusir coma l’òr
Sus la pèira fidèla del monument dels Mòrts ;
Genibrièra t’onòra, rapèla als ingrats
Que aquels nobles filhs meritan d’èstre aimats,
Per lor granda bravora, d’un amor fraternel,
E que se son aquits un nom qu’es immortel.

Nous n’avons pas grand nombre d’hommes de renom,
Mais la liste sacrée de ces noms glorieux
Que le soleil de l’union fait luire comme l’or
Sur la pierre fidèle du monument aux Morts ;
Génebrières t’honore, rappelle aux ingrats
Que ces nobles fils méritent d’être aimés,
Pour leur grande bravoure, d’un amour fraternel,
Et qu’ils se sont acquis un nom qui est immortel.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...