Imprimer

La Vaïssagòla

(paroles de la Bourre musique de M. E. Feautrier)
(sur l’air de la Paimpolaise)

                                         
Refrain

I a plan longtemps qu’entendèm dire,
Dins nòstre païs reculat,
Que sabèm pas plorar ni rire.
Nos vanton pas gaire a Vaïssac,
Sus aqueste afar, se cal rebifar.
Mès s’entendiatz las castanhairas
Quand i venon remplir lor sac,
E a la sason, las brusquairas,
Se ba cridan : « Viva Vaïssac ! »

Il y a bien longtemps que nous entendons dire,
Dans notre pays reculé,
Que nous ne savons pas pleurer ni rire.
Ils ne nous vantent guère à Vaïssac,
Sur cette affaire, il faut se rebiffer.
Mais si vous entendiez les cueilleuses de châtaignes
Quand elles viennent remplir leur sac,
Et à la saison, les ramasseuses de champignons,
Comme elles le crient : « Vive Vaïssac ! »

1

Segur que i a plan de ministres
De prefèct’s e de deputats,
Que se recridarián plan viste
Se s’installavan a Vaïssac.
            Mès d’aquels manjaires
            Ne caldriá pas gaires.
Se metrián a la taula redonda,
Acostumats a far lor cap,
La comuna, qu’es per tant longa, 
N’engolariá plan de Vaïssacs.

Sûrement qu’il y a beaucoup de ministres,
De préfets et de députés,          
Qui se récrieraient bien vite,
S’ils s’installaient à Vaïssac.
            Mais de ces mangeurs
            Il n’en faudrait guère.
Ils se mettraient autour de la table
Habitués à n’en faire qu’à leur tête,
La commune qui est pourtant longue
En avalerait beaucoup de Vaïssacs.

2

Se i a pas de borsas plan rondes,
I vivèm totes plan tibats,
E vesi que de brave monde,
D’un cap a l’autre de Vaïssac.
            Per trobar lors parelhs,
            Son pas mèmes al cèl.
De païsans, formam un’ escoada,
Bons vivents  e pas caissanats.
Per nos regir n’i a pro d’un garda,
Mès es brave per un Vaïssac.

S’il n’y a pas de bourses bien rondes,
Nous y vivons tous en liberté,
Et je ne vois que des gens honnêtes
D’un bout à l’autre de Vaïssac.
            Pour trouver leurs semblables,
            Ils ne sont même pas au ciel.
De paysans, nous formons une escouade,
Bons vivants et pas en manque de dents.
Pour nous régir cela suffit avec un garde
Mais il est gentil pour un Vaïssac.

3

Avèm de bèlas domaisèlas,
Sens lor copar lo pièl pel cap,
Amb aquel’s dròlles rebordèlon,
Pels bals e vòtas de Vaïssac.
            N’es per s’amusar
            E per ne gardar.
Mès apuèi quand l’ivèrn arriba,
Per aver lo lèch plan calfat,
Amb aquels gojats se maridan
E repòblan nòstre Vaïssac.

Nous avons de belles demoiselles,
Sans leur couper les cheveux en quatre,
Avec ces garçons elles folâtrent,
Pour les bals et fêtes de Vaïssac.
           Il en est pour s’amuser
           Et pour en garder.
Mais après, quand l’hiver arrive,
Pour avoir le lit bien chauffé,
Avec ces jeunes elles se marient
Et repeuplent notre Vaïssac.

4

Supriman de sos-prefècturas,
De tribunals e d’avocats,
Mès ne daissan gròssa mesura,
Fariàm sens tantes a Vaïssac.
            Tan plan cal susar
            Per los engraissar.
Generals e tota la clica,
Lo roseg de la societat,
Seriá bèl que la Republica
Lor faguès’ far los fagòts de Vaïssac.

Ils suppriment des sous-préfectures,
Des tribunaux et des avocats,
Mais ils en laissent une bonne mesure,
Nous ferions sans autant à Vaïssac.
            Pourtant il faut suer
            Pour les engraisser.
Généraux et toute la clique,
Le chancre de la société,
Ce serait bien que la République
Leur fasse faire les fagots de Vaïssac.

5

Sus nòstres puèges e colinas,
Lo cocut i a sovent cantat.
Dison que canta mèmes en vila,
Daissem-lo donc cantar a Vaïssac.
            Aquel vièlh ausèl 
            Cambia sovent de pèl.
Es privat de cantar sul lèch,
Mès autant d’èsser preservats,
Adressem-nos a Sent Josèp 
Qu’es vengut abitar Vaïssac.

Sur nos coteaux et collines,
Le coucou y a souvent chanté.
On dit qu’il chante même en ville,
Laissons-le donc chanter à Vaïssac.
           Ce vieil oiseau
           Change souvent de peau.
On le prive de chanter sur le lit,
Mais afin d’être préservés,
Adressons-nous à Saint-Joseph
Qui est venu habiter Vaïssac.

6

Per ne finir pas de bestisas,
L’istòria nos (a) agut contat 
Que sur la question d’ivronhardisa
Los sans parelhs èran a Vaïssac.
            E que volètz far ,
            I a qu’a contunhar.
S’aimavem nòstres paures paires,
Lo bon vin, es pas asagat,
Qu’aiman l’aiga, ne vesi gaires,
Trinquem donc e viva Vaïssac ! 

Pour ne pas en finir de bêtises,
L’histoire nous a eu conté
Que sur la question d’ivrognerie
Les sans pareils étaient à Vaïssac.
           Et que voulez-vous faire,
           Il n’y a qu’à continuer.
Si nous aimions notres pauvres pères,
Le bon vin, il n’est pas coupé,
Ceux qui aiment l’eau, je n’en vois guère,
Trinquons donc et vive Vaïssac !


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...