Imprimer
La Vilabrumierenca

(musique d’Armand Saintis)

Refrain

Vilabrumièr, nòstra cara contrada,
N’aimam que tu, te cantarèm totjorn,
De mai polidas pel puèg e dins la prada,
Ne vesèm pas dins tot nòstre Miègjorn.

Villebrumier, notre chère contrée,
Nous n’aimons que toi, nous te chanterons toujours,
De plus jolies sur le coteau ou dans la prairie,
Nous n’en voyons pas dans tout notre Midi.

1

En voiatjant avèm vist plan de vilas
Que nos disián èstre çò de prumièr
Mès preferèm entre las plus polidas
Nòstre païs, nòstre Vilabrumièr.

En voyageant nous avons vu beaucoup de villes
Qui nous disaient être ce qu’il y avait de mieux              
Mais nous préférons parmi les plus jolies
Notre pays, notre Villebrumier.

2

Om troba aquí tot çò que l’òm desira,
De pan, de vin, de peis e de gibièr,
Lo que i va, jamai non se’n retira,
Vòl plus quitar nòstre Vilabrumièr.

On trouve là tout ce que l’on désire,
Du pain, du vin, du poisson et du gibier,
Celui qui y va, jamais ne s’en revient,
Il ne veut plus quitter notre Villebrumier.

3

Los garçons fièrs, las filhas polidetas
Sabon s’aimar e se van jol pomièr,
Pòdon parlar de caras amoretas
Mès dins lor còr rèsta Vilabrumièr.

Les garçons fiers, les filles jolies
Savent s’aimer et si elles vont sous le pommier,
Elles peuvent parler de chères amourettes
Mais dans leur coeur, il reste Villebrumier.

4

Los vièlhs son fòrts, las vièlhas avenentas ;
S’aiman totjorn del prumièr al dernièr,
E nòstras femnas se troban plan contentas
D’aver esposa un de Vilabrumièr.

Les vieux son forts, les vieilles avenantes ;
Ils s’aiment toujours du premier au dernier,
Et nos femmes se trouvent bien contentes
D’avoir épousé un de Villebrumier.

5

Totes son braves, n’an pas paur de la guèrra ;
Se l’enemic veniá dins lo quartièr,
Se levarián de cada coèn de tèrra
Totes los òmes de Vilabrùmièr.

Tous son braves, ils n’ont pas paur de la guerre ;
Si l’ennemi venait dans le quartier,
Ils se lèveraient de chaque coin de terre,
Tous les hommes de Villebrumier.

6

De balajons avèm una fabrica
Per esposcar de la cava al granièr,
Bien emmargat nos serviriá de trica,
Pel que voldriá prendre Vilabrumièr.

De petits balais nous avons une fabrique,
Pour épousseter de la cave au grenier,
Bien emmanché cela nous servirait de trique,
Pour celui qui voudrait prendre Villebrumier.

7

Nòstre Orfeon canta per nos distraire,
Mès si la França se trobava en dangièr,
Del coèn de guèrra entendriatz viste l’aire,
La Marselhesa dins tot Vilabrumièr.

Notre Orphéon chante pour nous distraire
Mais si la France se trouvait en danger,
Du coin de guerre vous entendriez vite l’air,
La Marseillaise dans tout Villebrumier.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...