Refrain
Cantem, cantem nòstra Vrufèlh,
Tot recondut dins la verdura.
Sos auselons, sas flors, son cèl,
Son polit niuc dins la natura.
Es caudurada al solelh d’òr
Que rebombiga dins los aires,
En reforfent de nòstre còr

L’amistat que julha los fraires.
Chantons, chantons notre Verfeil
Entièrement caché dans la verdure,
Ses petits oiseaux, ses fleurs, son ciel,
Son joli nid dans la nature.
Il est réchauffé au soleil d’or
Qui rejaillit dans les airs
En déversant de notre cœur
L’amitié qui unit les frères.
1

Vrufèlh segut sur un tuquet,
Tampat còsta sa vièlha glèisa,
Ambe son cloquièr per casquet,
Pindòla los pès devòrs Sèia.
Selgues, Paulhac, Cairac, Cambon,
Pincats coma de citadèlas
Getan l’uèlh de cada canton
E son de fièras sentinèlas.

Verfeil juché sur un tertre
Enserré contre sa vieille église,
Avec son clocher pour casquette
Laisse pendre les pieds vers la Seye.
Selgues, Paulhac, Cairac, Cambou,
Perchés comme des citadelles,
Jettent un œil dans chaque coin
Et sont de fières sentinelles.

2

Nòstres enfants son plan valents,
Lor bona grana totjorn possa ; 
Las dròllas an los uèlhs lusents,
Lo còr de fuòc e l’ama doça.
Claufits de braves sentiments,
Ensemble contunhan la raça 
Que pòt entamenar lo temps
Mès que daissa una fòrta traça.

Nos enfants sont bien vaillants,
Leur bonne graine toujours pousse ;
Les filles ont les yeux luisants,
Le cœur de feu et l’âme douce.
Remplis de nobles sentiments,
Ensemble ils continuent la race
Que peut entailler le temps
Mais qui laisse une forte empreinte.

3

Nos manca res, de tot avèm,
Nðstra tèrra jamai botinha ;
Sens far brica se vos plèt, vivèm
De nòstre gran, de nòstra vinha.
De legums, n’avèm tan que cal 
E nòstra frucha s’amadura ;
Lo bèl temps dintra dins l’ostal
Quand fasèm pressar la pastura.

Il ne nous manque rien, de tout avons,
Notre terre jamais ne rechigne ;
Sans faire aucune aumône, nous vivons
De notre grain, de notre vigne.
Des légumes, en avons tant qu’on veut
Et nos fruits n’en finissent pas de mûrir ;
Le beau temps pénètre dans la maison
Quand nous faisons presser le fourrage.

4

Pertant qualque còp sèm punits ;
Qual sap de que depen, pecaire !
Nos apelan los mal units,
Pòdon ben se trompar pas gaire.
Mès nos aimam plan çaquelà
E nos peltiram pas los pelses,
Abans tot volèm finholar
D’èstre e de demorar Vrufelses.

Pourtant quelquefois nous sommes punis ;
Qui sait de quoi cela dépend, mon pauvre ?
On nous appelle les mal unis,
Ils ne peuvent guère se tromper.
Mais nous nous aimons bien cependant
Et nous ne nous tirons pas par les cheveux,
Avant tout nous voulons pour seule fin
D’être et de demeurer Verfeillais.

5

Del famús claus de Laussedat
Quand fasèm bulhir nòstra tina,
Sortissèm un vinòt daurat
Que nos sap refrescar la mina.
Fa reviscolar los morents,
Fa córre la camba enganada,
A costat d’el ni mai ni mens,
Lo bordèu n’es que de vinada.

Du fameux clos de Laussedat,
Quand nous faisons bouillir notre cuve,
Nous soutirons un petit vin doré
Qui sait nous rafraîchir la mine.
Il fait ressusciter les mourants,
Il fait courir la jambe engourdie,
A côté de lui ni plus ni moins,
Le bordeaux n’est que de la piquette.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d'Estudis Occitans.

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...