Imprimer
LA MONTALBANESA (d’Armand Saintis)
Choeur
O Montalban, vila qu’es tan polida,
Aimam ton cèl e ton climat tan doç ;
Ton bèl jardin sus la riba florida,
Ont doçament canton los auselons.
Quand lènc de tu passam qualquas mesadas
Languissèm lèu, nos triga d’arribar ;
An bèl parlar de vilas tan vantadas,
Per nòstre còr res non val Montalban.
Ô Montauban, ville qui est si jolie,
Nous aimons ton ciel et ton climat si doux ;
Ton beau jardin sur la rive fleurie,
Où doucement chantent les petits oiseaux.
Quand loin de toi nous passons quelques mois
Nous languissons vite, il nous tarde d’arriver ;
Ils ont beau parler de villes si vantées,
Pour notre coeur rien ne vaut Montauban.
1
O Montalban, vila qu’an illustrada
Nòstres ancians dins un siètge famús,
Als estrangièrs, qu’un còp t’an visitada,
Fas tan plaser que non te quiton pus ;
Non tròbon pas prèp de las autras vilas
Un cèl tan blu ni los polits cotèus
Del pèch del Fau e las vinhas fertilas
Que fan de vin tan bon que’l de Bordèus.
O Montauban, ville qu’ont illustrée
Nos anciens dans un siège fameux,
Aux étrangers, qui t’ont, une fois, visitée,
Tu fais tellement plaisir qu’ils ne te quittent plus ;
Ils ne trouvent pas près des autres villes
Un ciel si bleu ni les jolis coteaux
Du côté du Fau et les vignes fertiles
Qui font du vin aussi bon que celui de Bordeaux.
2
Sèm fièrs nos-aus de las bèlas pintruras
D’Ingres, lo grand, l’aunor de son païs.
Avèm aicí de grandas filaturas
Coma n’an pas a Lión, a París.
Coma París avèm d’Académias,
Un bèl Musèu que pertot es citat ;
Nòstres sabents an fach de poësias
Que passaràn a la posteritat.
Nous sommes fiers nous autres, des belles peintures
D’Ingres, le grand, l’honneur de son pays.
Nous avons ici de grandes filatures
Comme ils n’ont pas à Lyon, à Paris.
Comme Paris nous avons des Académies,
Un beau Musée qui est partout cité
Nos savants ont fait des poésies
Qui passeront à la postérité.
Choeur
Cò que n’an pas enlòc aquò’s nòstras filhetas,
Polidas coma un sòu, propretas coma l’uèlh.
Quand las vesèm venir, brunetas e blondetas,
D’anges del paradis semblon un bèl tropèl ;
Quand lo dimenge al ser van per la premenada
Tot en se passejant, fan lusir lors uelhons,
Se passon prèp de vos, vòstra ama es embaumada
Coma quand respiratz las pus polidas flors.
Ce qu’ils n’ont nulle part, c’est nos fillettes,
Jolies comme un sou, bien propres comme l’oeil,
Quand nous les voyons venir, petites brunes et blondes,
D’anges du paradis elles semblent un beau troupeau ;
Quand le dimanche soir elles vont sur la promenade
Tout en se promenant, elles font luire leurs petits yeux,
Si elles passent près de vous, votre âme est embaumée
Comme quand vous respirez les plus jolies fleurs.

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...