Imprimer
La Sapiaquesa

(paroles de l’abbé Henri Cassagne)

1

Sapiac, Sapiac ! pèrla de Montalban,
ò qu’ès polit amb  ton brèç de verdura,
quand l’auselon nos sona son levar,
e que lo cèl dins l’espandi s’asura ;
i a pas ont lòc, jol bèl calelh flambant,
canton pus gai, ni riva tan florida.
S’aimatz los rius, la granda aiga, lo cant,
auretz aicí bon temps e doça vida.

Sapiac, Sapiac ! perle de Montauban,
ô que tu es joli avec ton berceau de verdure,
quand le petit oiseau nous sonne son lever,
et que le ciel dans l’espace devient azuré ;
il n’y a nulle part, sous le beau chaleil flambant,
de coin plus gai, ni de rive si fleurie.
Si vous aimez les ruisseaux, la grande eau, le chant,
vous aurez ici du bon temps et une douce vie.

2

Qual a pas vist la campanha de Biò,
large riban, a bòrd de la ribièra,
sòl argentós que lèva que que siá :
flor de froment, vinhas, planta fruchièra ?
Quant valdriá pas, s’èra pròche París,
pròche los prats arrosats per la Sèna ?
Valdriá plan mai que tot çò que lusís,
que çò pus bèl en tèrra de Torèna.

Qui n’a pas vu la campagne de Bio,
Large ruban, au bord de la rivière,          
sol argenté qui fait lever quoi que ce soit :
fleur de froment, vignes, plante fruitière ?
Combien cela ne vaudrait-il pas, si c’était près de Paris,
à proximité des prés arrosés par la Seine ?
Cela vaudrait bien plus que tout ce qui luit,
que ce qu’il y a de plus beau en terre de Touraine.

3

Qual coneis pas lo truc de Vinharnaud,
còsta Tempe ravissenta miranda,
puèg afrairat a las sucas del Fau,
que de tot temps dòna la bona vianda ?
Aquí trobatz la tèrra dels rasims,
Rasims rossèls, coma’l mèl de l’abelha ;
a plens panièrs, a plenes manequins,
los envòian plan pus lènc que Marselha.

Qui ne connaît pas la butte de Vignarnaud
près de Tempé le belvédère ravissant,
le coteau qui est frère des sommets du Fau,
qui toujours donne du bon gibier ?
Là vous trouvez la terre des raisins,
Raisins blonds, comme le miel de l’abeille ;
à pleins paniers, à pleines claies,
ils les envoient bien plus loin que Marseille.

4

Se quiti ‘l puèg, qu’enjòian los ausèls,
çò qu’aimi mai, aquò’s nòstre barri :
vesètz pertot jardins plens de ramèls,
pus lèu venguts que los sòus a l’armari,
i a aquí tanben fòrça trabalhadors,
de fièrs obrièrs endurant a la pena,
per los angèls planjon pas lors susors ;
es lo bon còr, es l’amor que los mèna.

Si je quitte le coteau, qu’apprécient les oiseaux,
ce que je préfère, c’est notre faubourg :
vous voyez partout des jardins pleins de rameaux,
plus vite venus que les sous dans l’armoire,
il y a là aussi un grand nombre de travailleurs,
de fiers ouvriers endurant jusqu’à la peine,
pour leurs anges ils ne plaignent pas leur sueur ;
c’est le bon cœur, c’est l’amour qui les mène.

5

Cada matin, quand l’estela s’escond
e que lo pol canta l’alba levada,
cap a Tescon veriatz passar sul pont,
un fum d’enfants, de filhas de jornada.
Se n’an pas d’òr, an quicòm de melhor,
Oblidon pas, a lor flor de joinesa,
tan que lo sang ardeja de vigor,
que lo trabalh es grana de noblessa.

Chaque matin, quand l’étoile se cache
et que le coq chante l’aube levée,
vers le Tescou vous verriez passer sur le pont,
une nuée d’enfants, de filles journalières.
Si elles n’ont pas d’or, elles ont quelque chose de mieux,
elles n’oublient pas, à la fleur de la jeunesse,
tant que le sang est ardent de vigueur,
que le travail est graine de noblesse.

6

Tan que lo Tarn serà pas estorrit,
a Montalban gardarem prima plaça.
Coma las flors aicí possa l’esprit,
mès dura mai que floreta que passa.
Se me cresètz, vilatons, muscadins,
Caps a Sapiac venètz prene bon aire,
quitatz salons, cafès e magasins,
entà nos-aus tot es fach per vos plaire.

Tant que le Tarn ne sera pas asséché,
à Montauban nous garderons la première place.
Comme les fleurs ici pousse l’esprit,
mais il dure plus que fleurette qui passe.
Si vous me croyez, gens de la ville, muscadins,
Vers Sapiac venez prendre le bon air,
quittez salons, cafés et magasins,
chez nous tout est fait pour vous plaire.

7

S’avètz besonh de soms e de repaus,
als camps nolents avèm aura moleta,
poirètz dormir jos las ombras desclaus,
i trobaretz un lèch mofle d’erbeta.
Se demandatz apetit e santat
tot en pesquent, venètz dins nòstras pradas,
los pensaments seràn lèu de costat,
sans vos pesar passaràn las annadas.

Si vous avez besoin de sommes et de repos,
dans les champs parfumés nous avons une tendre brise,
vous pourrez dormir sous les ombrages désensorceleurs,
vous y trouverez un lit moelleux d'herbe tendre.
Si vous demandez appétit et santé
tout en allant à la pêche, venez dans nos prairies,
les soucis seront vite de côté,
sans vous peser, elles passeront, les années.

8

Es a Sapiac, ça ditz tot Montalban,
qu’Ingres lo grand, prince de la pintrura,
tot jovenet anava caminar,
culhir las flors que flòcon la verdura ;
mai qu’enlòc pus, quand èra mainatjon,
tot i risiá dins la patz de nòstra isla
e los ancians an ausit sa cançon :
Viva Sapiac pèrla de nòstra vila !

C’est à Sapiac, ainsi que le dit tout Montauban,
qu’Ingres le grand, prince de la peinture,
tout jeune garçon allait se promener,
cueillir les fleurs qui ornent la verdure ;
plus que nulle part ailleurs, quand il était petit enfant,
tout lui riait dans la paix de notre île
et les anciens ont entendu sa chanson :
Vive Sapiac la perle de notre ville !


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           
Règles de lecture et prononciation des mots en occitan :

pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ; le « o » se prononce comme [ ou ] en français ; le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh »  comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ; 
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets ;
les accents aigus marquent la syllabe tonique ;
ne pas oublier de diphtonguer : au - òu - eu - ai…