Imprimer
 

Entremièg Vila e Barri, es l’ilòta enflocada,
Tornejada per Tarn, d’un riban argentat :
Que va docetament aval devèrs Moissac…
Rodolent capriciós dins Garòna alandada.

Montauban, plaisante petite ville
Au grand air, claire, bien jolie,
Que nous avons aimée et que nous aimerons,
Nous y sommes nés, nous y mourrons.

 

De segur, n’es pas sans parelha,
N’a pas trenta lègas de torn,
Mès tant plan i possa la fuèlha
E la nuèch ven a solelh colc.

Pour sûr, elle n’est pas sans pareille,
Elle n’a pas trente lieues de pourtour,
Mais pourtant la feuille y pousse
Et la nuit vient au coucher du soleil.

 

Tan plan l’astre que la solelha
Sus sos ostals brilha e sorís,
Tan lusent que lo de Marselha,
Pus caudet que lo de París.

Pourtant l’astre qui l’ensoleille
Sur ses maisons brille et sourit,
Aussi luisant que celui de Marseille,
Plus chaud que celui de Paris.

 

Anatz, l’endrech de la naissença 
I fa res ni per la creissença
Ni per la mòrt : tan plan se’n va
Lo que nais pas a Mont-Alban.

Allons, le lieu de la naissance
Ne fait rien ni pour la croissance
Ni pour la mort : tout autant s’en va
Celui qui ne naît pas à Montauban.

 

A l’òme cal pas fa la guèrra,
Se tròba qu’ont a durbit l’uèlh
Tot es pus polit, cèl e tèrra :
Cada ausèl tròba son niuc bèl.

A l’homme il ne faut pas faire la guerre,
Il se trouve que là où il a ouvert l’œil
Tout est plus joli, ciel et terre :
Chaque oiseau trouve son nid beau.

 

O, Mont-Alban, nòstra vilòta
Airada, canda, polidòta,
L’avèm aimada e l’aimarem ;
I sèm nascuts, i morirem.

Ô Montauban, notre petite ville
Au grand air, claire, bien jolie,
Nous l’avons aimée et nous l’aimerons ;
Nous y sommes nés, nous y mourrons.

 

Auguste Quercy (Camrosos carsinolos)

Augustin Quercy (Coquelicots quercynois)

(Paul Masson, Libraire-Editeur, Montauban, 1911)

N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...