Refrain

O bèl païs, ò Malausa, Malausa,
Aimam ton cèl ont tot canta e florís,
Jos ton solelh, fasèm plan doça pausa,
Per que chiès tu, sèm dins un paradís.

O beau pays, ô Malause, Malause,
Nous aimons ton ciel où tout chante et fleurit,
Sous ton soleil, nous faisons bien douce pause,
Parce que chez toi, nous sommes dans un paradis.

1

Nos-aus avèm, cada jorn de setmana,
Lo polit bruch de la Garòna, als pès,
Quand s’espandís en cantent dins la plana :
Tantòt sa votz sembla lo cant del brèç,
Tantòt brusís, coma un canon dins l’aire,
            E per nos plaire (bis)
            Cançona ‘sprès.

           

Nous, nous avons, chaque jour de semaine,
Le joli bruit de la Garonne, aux pieds,    
Quand elle se répand en chantant dans la plaine :
Tantôt sa voix semble le chant du berceau,
Tantôt elle tonne, comme un canon dans l’air,
            Et pour nous plaire (bis)
            Elle chantonne exprès.

2

Nos-aus avèm, ont canta la ribièra,
D’arbres tan bèls dins la plana, amont, lènc,
Qu’a lor cabèlh, l’ausèl fa sa prièra ;
Al mes de mai, lo ser, quand l’entendèm,
Pensam a Diu qu’aquel joiós cantaire
            N’oblida gaire (bis)
            Dins son refrèn.

Nous, nous avons, là où chante la rivière,
Des arbres si grands dans la plaine, là-bas, loin,
Qu’à leur cime, l’oiseau fait sa prière ;
Au mois de mai, le soir, quand nous l’entendons,
Nous pensons à Dieu que ce joyeux chanteur
            N’oublie guère (bis)
            Dans son refrain.

3

Nos-aus avèm, dins nòstra brava tèrra,
Rasims plasents tant a l’uèlh coma al còr,
Om los creiriá venguts dins una sèrra :
Quina frescor, quand, sul chasselas d’òr,
Ven se pausar lo fin poton de l’alba 
            Que lo nos i salva (bis)
            Com’un tresaur.

Nous, nous avons, dans notre brave terre,
Des raisins agréables autant à l’œil qu’au cœur,
On croirait qu’ils ont poussé dans une serre :
Quelle fraîcheur, quand, sur le chasselas d’or,
Vient se poser le fin baiser de l’aube
            Qui nous le préserve (bis)
            Comme un trésor.

4

Nos-aus avèm una glèisa polida
Dont lo clochèr s’enfila drech al cèl,
E tot al mièg del vilatge bastida
Pòrta bonur al joine coma al vièlh :
Nòstres anciens dòrmon a Senta-Ròsa
            Jos la capròsa  (bis)
            E jol ramèl.

Nous, nous avons une jolie église
Dont le clocher file droit au ciel,
Et au beau milieu du village bâtie,
Elle porte bonheur au jeune comme au vieux :
Nos anciens dorment à Sainte-Rose
            Sous le coquelicot (bis)
            Et sous la ramée.

5

Nos-aus avèm lo Canal, son aigueta,
Ont de vaissèls glisson dusc’ a la mèr,
A quauque pas, per la vapor foleta, 
Coma lo liuç, passa l’ camin de fèr,
E de Moissac la rota sur Valença
Mès çò que mai i gratilha lo còr,
            N’es que plasença (bis)
            E que concèrt.

Nous, nous avons le Canal, son eau gentille,
Où des vaisseaux glissent jusqu’à la mer,
A quelque pas, par la vapeur un peu folle,
Comme l’éclair, passe le chemin de fer,
Et de Moissac la route vers Valence
Mais ce qui chatouille le plus au cœur,
            N’est que plaisir (bis)
            Et que concert.

6

Nos-aus avèm dels camps l’amor que dura,
Per trabalhar de matin sèm randuts,
Aimam belcòp nòstre niuc de verdura
Qu’ambe de flors nos pòrta plan d’escuts,
E doçament dins la plana florida
            Passam la vida (bis)
            Ont sèm nascuts.

Nous, nous avons des champs l’amour qui perdure,
Pour travailler de bon matin nous sommes rendus,
Nous aimons bellement notre nid de verdure
Qui nous rapporte, avec des fleurs, beaucoup d’écus,
Et doucement dans la plaine fleurie
            Nous passons la vie (bis)
            Là où nous sommes nés.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...