La Sent Nicolauenca

Choeur à 4 voix (juillet 1902)
(paroles de M. Désiré Rouziès, pharmacien
musique de M. Magot, contributions indirectes)

Refrain

Sent Nicolau ò ciutat tant aimada,
De tot mon còr ieu te vòli cantar.
A ! daissa-me te fa donc una aubada
E te dire coma aicí ieu son plan.
Sent Nicolau ò ciutat tant aimada,
De tot mon còr ieu te vòli cantar.

Saint-Nicolas ô cité tant aimée,
De tout mon coeur je veux te chanter.
Ah ! laisse-moi te faire donc une aubade
Et te dire comme ici je suis bien.
Saint-Nicolas ô cité tant aimée,
De tout mon coeur je veux te chanter.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...