Imprimer
La Puèglarocata

(musique de M. Joseph Batut)

Refrain

Puèglaròca, mon vilatge,
Ne semblas pas cap, ès lo brèç,
Es lo brèç, sèm tos mainatges,
E demoram sens partatge de Puèglarocats,
E demoram sens partatge de Puèglarocats,
De Puèglarocats.

Puylaroque, mon village,
Tu n’en ressembles aucun, tu es le berceau,
Tu es le berceau, nous sommes tes enfants,
Et nous demeurons sans partage des Puylaroquains
Et nous demeurons sans partage des Puylaroquains
Des Puylaroquains.

1

D’aquí, cap a las Pirenèus,
L’uèlh, emblausit, vei lo païs...
Puèges, comba, vilas e lèu,
Vei tot l’espandi, espandit...

D’ici, vers les Pyrénées,
L’oeil, ébloui, voit le pays...       
Coteaux, vallons, villes et bientôt,
Il voit toute l’étendue, épanoui.

2

Lo vin dels penjals, dins las cavas,
Met en botelhas lo solelh !
E las lèbres, e las becadas,
Dins las trufièras, lèvon ‘s grelhs.

Le vin des versants, dans les caves,
Met en bouteilles le soleil !
Et les lièvres, et les bécasses,
Dans les truffières, se reproduisent.

3

Puèglaròca aviá, dins l’istòria,
Mai d’espandi, d’ancianetat.
Mas fasquèt la guèrra ambe glòria,
E ne demorèt estropiat.

Puylaroque avait, dans l’histoire,
Davantage d’étendue, d’ancienneté.
Mais elle a fait la guerre avec gloire,
Et en est retée estropiée.

4

Los Puèglarocats se cap-tenon.
Las drolletas an l’uèlh risent,
E los que passon, se sovenon
Del Castèl, e de Pecolen.

Les Puylaroquains se tiennent fiers.
Les fillettes ont l’oeil riant,
Et ceux qui passent, se souviennent
Du Château, de Pécoulen.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...