Imprimer
Refrain

Vila d’amor e de rejoïssença,
A ton aunor volèm cantar quicòm ;
Inspira-nos que la reconeissença
Siágue totjorn l’arma de l’orfeon ;
Te saludam O Monricós !

Ville d’amour et de réjouissance,
En ton honneur, nous voulons chanter quelque chose ;
Inspire-nous seulement la reconnaissance
Sois toujours l’âme de l’orphéon ;
Nous te saluons, ô Montricoux !

1

Te saludam Jerusalem novèla,
Vila de patz ont regna lo bonúr ;
O Monricós, que ta contrada es bèla,
Ton cèl risent, ton aire fresc e pur !
Al prèp de tu lo còr se reviscòla,
Tot nos sorís, tot nos ditz de cantar
E quand sèm lènc coma l’ausèl que vòla,
A ton entorn, nos triga de tornar.

Nous te saluons, Jérusalem nouvelle,
Ville de paix où règne le bonheur,
O Montricoux, que ta contrée est belle,
Ton ciel rieur, ton air frais et pur !
Auprès de toi le cœur se ranime,
Tout nous sourit, tout nous dit de chanter
Et quand nous sommes loin comme l’oiseau qui vole
Dans ton entourage, il nous tarde de revenir.

2

De ton castèl que la lèdra corona,
Aimam las torr’s que lo temps demolís,
E ton cloquièr quand la campana sona,
Ta glèisa d’òr ont Dius nos benesís.
Que nos plasèm al mièg de tas carrièras
Jos tos ostals a l’anciana bastits
Ara sustot que l’aiga de Sesquièras
Ven arrosar tos calhaus plan polits.

De ton château que le lierre couronne,   
Nous aimons les tours que le temps démolit,
Et ton clocher quand la cloche sonne,
Ton église d’or où Dieu nous bénit.
Comme nous nous plaisons au milieu de tes rues
Sous tes maisons bâties à l’ancienne
Maintenant surtout que l’eau de Sesquières
Vient arroser tes cailloux si jolis.

3

Sèm fièrs tanben d’aquelas promenadas
Ont va e ven, se crosent als galans,
La fina flor de tas filhas vesiadas
Mesas auèi coma un flòc de rampalms.
Qu’avèm plasér de veire ta ribièra
Far de potets a tos pès en passent
E miralhar ta prestença guerrièra
Coma un tablèu dins sas aigas d’argent.

Nous sommes fiers aussi de tes promenades
Où va et vient, se croisant avec les galants,
La fine fleur de tes filles charmantes,
Mises en ce jour comme un bouquet de rameaux.
Comme nous avons plaisir à voir ta rivière
Faire en passant des baisers à tes pieds
Et refléter ta prestance guerrière
Comme un  tableau dans ses eaux d’argent.

4

Als environs, tos sites agreables
An de pertot lo pus polit còp d’uèlh.
Plana, cotèus, combas, jardins aimables
Semblan causits, i a res de pus bèl.
E ton blason en signe d’abondença 
Pòrta la crotz, lo rasim e lo blat,
Coma tanben pròba nòstra cresença
Al Redemptor per nos-aus encarnat.

Aux alentours, tes sites agréables
Offrent de partout le plus joli coup d’œil.
Plaine, coteaux, vallons, jardins aimables
Semblent choisis : il n’y a rien de plus beau.
Et ton blason en signe d’abondance,
Porte la croix, le raisin et le blé,
Comme aussi il prouve notre croyance
Dans le Rédempteur incarné pour nous.

5

Finiriam pas de parlar de ta glòria
Polit Tobòr, Monricós adorat,
Se disiam tot çò que nòstra memòria
Per te flatar, dins lo còr a gravat,
Mès per doblar dins tota la contrada
Aquel renom, que clama nòstre voès,
Repetarem la cançon preferada,
L’imne d’amor que cantam en patoès.

Nous ne finirions pas de parler de ta gloire
Joli Thobor, Montricoux adoré,
Si nous disions tout ce que notre mémoire
Pour te flatter, dans le cœur a gravé,
Mais pour redoubler dans toute la contrée
Ce renom, que clame notre voix,
Nous répéterons la chanson préférée,
L’hymne d’amour que nous chantons en patois.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           
Règles : le « o » se prononce « ou » ; pour prononcer « o » on écrit « ò » ; le « u » reste « u » ;
le « e » se prononce « é » ; « v » comme « b » ; « nh » et « lh » comme « gn » et « lieu » ;
le « a » en finale se prononce « o » faible ; les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.