La Sent Antoninesa

(paroles de P. Bayrou & musique de R. Marmèche)

Refrain

Cantam Sent Antonin, vesiada e nòbla vila
Dont l’antique renom res pertot espandit !
Païs als ròcs ardits, a la tèrra fertila,
Al valon tant famús ont pas res espelit.
Se ponchats pel besonh, nos escartam, ò maire,
Jamai de nòstre còr non part ton sovenir,
E quand avèm leser, tornam sans tardar gaire,
Reveire, enfants fidèls, nòstre Sent Antonin.

Chantons Saint-Antonin, ville noble et enviée
Dont l’antique renom est répandu partout !
Pays aux rochers hardis,à la terre fertile,
Au vallon tellement fameux où tout resplendit.
Si poussés par le besoin, nous nous écartons, ô mère,
Jamais de notre cœur ne part ton souvenir,
Et quand nous avons le loisir, nous revenons sans retard,
Revoir, enfants fidèles, Saint-Antonin.

1

Al pè del ròc d’Anglars, drecha e fièra muralha,
L’Avairon blu, del cèl davala suadament
E la vila a sos flòts, polida, se miralha,
Coma una joventa dins l’uèlh de son jovent.
Boneta, menut riu, als bòrds plens de verdura,
I ven mesclar son aiga, als peisses tan cercats ;
Lo ròc Demié s’i mata e fa bona figura,
En faça del grand Causse e del ròc de Petats.

Au pied du roc d’Anglars, muraille droite et fière,
L’Aveyron bleu, du ciel descend calmement       
Et la ville à ses flots, jolie, se reflète,
Comme une jeune fille dans l’œil de son garçon.
LaBonnette, petit ruisseau, aux bords pleins de verdure,
Vient y mélanger son eau, aux poissons tant recherchés ;
Le roc Demié s’y impose et fait bonne figure,
En face du grand Causse et du roc de Petats.

2

Nòstres puèges son nauts mès an de bona tèrra
Ont creissan blat e milh, e la vinha pertot.
Los bòsques e los fraus fan que ’l tropèl prospèra,
Nòstre Sent Antonin nos dòna un pauc de tot..
Mès i a quicòm  que fa de la tèrra mairala
Un terraire famús, un löc tan recercat :
Nòstras filhas ! ramèl de la ciutat natala
E gauch de nòstre uèlhs per lor polidetat.

Nos coteaux sont élevés mais ont de la bonne terre
Où poussent le blé et le maïs, et la vigne partout.
Les bois et les landes font que le troupeau y prospère,
Notre Saint-Antonin nous donne un peu de tout...
Mais il y a quelque chose qui fait de la terre maternelle
Un terroir fameux, un lieu tellement recherché :
Nos filles ! rameau de la cité natale
Et joie de nos yeux pour leur beauté.

3

Los ancians an rendut nòstra vila gloriosa.
Nòstre vièlh Monument  ba mòstra cada jorn.
Teisseires e mercands menavan vida urosa,
Dins lors bèles ostals que son dreches totjorn.
Monfòrt, apuèi Loís tretze e tota lor armada
Los trobèron sans paur dins los sègles passats ;
E s’encara la França èra un jorn atacada,
Per la defendre aicí seriam totes quilhats !

Les anciens ont rendu notre ville glorieuse.
Notre vieux Monument le montre chaque jour.
Tisserands et marchands menaient vie heureuse,
Dans leurs belles maisons qui sont toujours debout.
Montfort, après Louis treize et toute leur armée
Les trouvèrent sans peur dans les siècles passés ;
Et si encore la France était un jour attaquée,
Pour la défendre ici nous serions tous dressés !


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...