Ensemble des documents en rapport avec la langue et la culture occitane

Se Canta

Refrain

Se canta que cante, canta pas per ieu,
Canta per ma mia qu’es al lènc de ieu.

S’il chante qu’il chante, il ne chante pas pour moi,
Il chante pour ma mie qui est au loin de moi.

1

Darrèr ma fenèstra, i a un auselon,
Tota la nuèit canta, canta sa cançon.

Derrière ma fenêtre, il y a un petit oiseau,
Toute la nuit il chante, il chante sa chanson.

2

Aquelas montanhas que tan nautas son,
M’empachon de veire mas amors ont son.

Ces montagnes qui sont si hautes,
M’empêchent de voir où sont mes amours.

3

Aquelas montanhas lèu s’abaissaràn,
E mas amoretas apareissaràn.

Ces montagnes bientôt s’abaisseront,
Et mes amourettes apparaîtront.

4

Baissatz-vos montanhas, planas levatz-vos, 
Per que pòsqui veire mas amors ont son.

Baissez-vous montagnes, plaines levez-vous,
Pour que je puisse voir où sont mes amours.

a

Al fons de la prada, i a un pibol traucat,
Lo cocut i canta, benlèu i a niucat.

Au fond de la prairie, il y a un peuplier troué,
Le coucou y chante, peut-être, il y a niché.

b

A la font de Nimes, i a un ametlièr,
Que fa de flors blancas coma de papièr.

A la fontaine de Nîmes, il y a un amandier,
Qui fait des fleurs blanches comme du papier.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

Refrain
Cantem, cantem nòstra Vrufèlh,
Tot recondut dins la verdura.
Sos auselons, sas flors, son cèl,
Son polit niuc dins la natura.
Es caudurada al solelh d’òr
Que rebombiga dins los aires,
En reforfent de nòstre còr

L’amistat que julha los fraires.
Chantons, chantons notre Verfeil
Entièrement caché dans la verdure,
Ses petits oiseaux, ses fleurs, son ciel,
Son joli nid dans la nature.
Il est réchauffé au soleil d’or
Qui rejaillit dans les airs
En déversant de notre cœur
L’amitié qui unit les frères.
1

Vrufèlh segut sur un tuquet,
Tampat còsta sa vièlha glèisa,
Ambe son cloquièr per casquet,
Pindòla los pès devòrs Sèia.
Selgues, Paulhac, Cairac, Cambon,
Pincats coma de citadèlas
Getan l’uèlh de cada canton
E son de fièras sentinèlas.

Verfeil juché sur un tertre
Enserré contre sa vieille église,
Avec son clocher pour casquette
Laisse pendre les pieds vers la Seye.
Selgues, Paulhac, Cairac, Cambou,
Perchés comme des citadelles,
Jettent un œil dans chaque coin
Et sont de fières sentinelles.

2

Nòstres enfants son plan valents,
Lor bona grana totjorn possa ; 
Las dròllas an los uèlhs lusents,
Lo còr de fuòc e l’ama doça.
Claufits de braves sentiments,
Ensemble contunhan la raça 
Que pòt entamenar lo temps
Mès que daissa una fòrta traça.

Nos enfants sont bien vaillants,
Leur bonne graine toujours pousse ;
Les filles ont les yeux luisants,
Le cœur de feu et l’âme douce.
Remplis de nobles sentiments,
Ensemble ils continuent la race
Que peut entailler le temps
Mais qui laisse une forte empreinte.

3

Nos manca res, de tot avèm,
Nðstra tèrra jamai botinha ;
Sens far brica se vos plèt, vivèm
De nòstre gran, de nòstra vinha.
De legums, n’avèm tan que cal 
E nòstra frucha s’amadura ;
Lo bèl temps dintra dins l’ostal
Quand fasèm pressar la pastura.

Il ne nous manque rien, de tout avons,
Notre terre jamais ne rechigne ;
Sans faire aucune aumône, nous vivons
De notre grain, de notre vigne.
Des légumes, en avons tant qu’on veut
Et nos fruits n’en finissent pas de mûrir ;
Le beau temps pénètre dans la maison
Quand nous faisons presser le fourrage.

4

Pertant qualque còp sèm punits ;
Qual sap de que depen, pecaire !
Nos apelan los mal units,
Pòdon ben se trompar pas gaire.
Mès nos aimam plan çaquelà
E nos peltiram pas los pelses,
Abans tot volèm finholar
D’èstre e de demorar Vrufelses.

Pourtant quelquefois nous sommes punis ;
Qui sait de quoi cela dépend, mon pauvre ?
On nous appelle les mal unis,
Ils ne peuvent guère se tromper.
Mais nous nous aimons bien cependant
Et nous ne nous tirons pas par les cheveux,
Avant tout nous voulons pour seule fin
D’être et de demeurer Verfeillais.

5

Del famús claus de Laussedat
Quand fasèm bulhir nòstra tina,
Sortissèm un vinòt daurat
Que nos sap refrescar la mina.
Fa reviscolar los morents,
Fa córre la camba enganada,
A costat d’el ni mai ni mens,
Lo bordèu n’es que de vinada.

Du fameux clos de Laussedat,
Quand nous faisons bouillir notre cuve,
Nous soutirons un petit vin doré
Qui sait nous rafraîchir la mine.
Il fait ressusciter les mourants,
Il fait courir la jambe engourdie,
A côté de lui ni plus ni moins,
Le bordeaux n’est que de la piquette.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d'Estudis Occitans.

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

La Vilabrumierenca

(musique d’Armand Saintis)

Refrain

Vilabrumièr, nòstra cara contrada,
N’aimam que tu, te cantarèm totjorn,
De mai polidas pel puèg e dins la prada,
Ne vesèm pas dins tot nòstre Miègjorn.

Villebrumier, notre chère contrée,
Nous n’aimons que toi, nous te chanterons toujours,
De plus jolies sur le coteau ou dans la prairie,
Nous n’en voyons pas dans tout notre Midi.

1

En voiatjant avèm vist plan de vilas
Que nos disián èstre çò de prumièr
Mès preferèm entre las plus polidas
Nòstre païs, nòstre Vilabrumièr.

En voyageant nous avons vu beaucoup de villes
Qui nous disaient être ce qu’il y avait de mieux              
Mais nous préférons parmi les plus jolies
Notre pays, notre Villebrumier.

2

Om troba aquí tot çò que l’òm desira,
De pan, de vin, de peis e de gibièr,
Lo que i va, jamai non se’n retira,
Vòl plus quitar nòstre Vilabrumièr.

On trouve là tout ce que l’on désire,
Du pain, du vin, du poisson et du gibier,
Celui qui y va, jamais ne s’en revient,
Il ne veut plus quitter notre Villebrumier.

3

Los garçons fièrs, las filhas polidetas
Sabon s’aimar e se van jol pomièr,
Pòdon parlar de caras amoretas
Mès dins lor còr rèsta Vilabrumièr.

Les garçons fiers, les filles jolies
Savent s’aimer et si elles vont sous le pommier,
Elles peuvent parler de chères amourettes
Mais dans leur coeur, il reste Villebrumier.

4

Los vièlhs son fòrts, las vièlhas avenentas ;
S’aiman totjorn del prumièr al dernièr,
E nòstras femnas se troban plan contentas
D’aver esposa un de Vilabrumièr.

Les vieux son forts, les vieilles avenantes ;
Ils s’aiment toujours du premier au dernier,
Et nos femmes se trouvent bien contentes
D’avoir épousé un de Villebrumier.

5

Totes son braves, n’an pas paur de la guèrra ;
Se l’enemic veniá dins lo quartièr,
Se levarián de cada coèn de tèrra
Totes los òmes de Vilabrùmièr.

Tous son braves, ils n’ont pas paur de la guerre ;
Si l’ennemi venait dans le quartier,
Ils se lèveraient de chaque coin de terre,
Tous les hommes de Villebrumier.

6

De balajons avèm una fabrica
Per esposcar de la cava al granièr,
Bien emmargat nos serviriá de trica,
Pel que voldriá prendre Vilabrumièr.

De petits balais nous avons une fabrique,
Pour épousseter de la cave au grenier,
Bien emmanché cela nous servirait de trique,
Pour celui qui voudrait prendre Villebrumier.

7

Nòstre Orfeon canta per nos distraire,
Mès si la França se trobava en dangièr,
Del coèn de guèrra entendriatz viste l’aire,
La Marselhesa dins tot Vilabrumièr.

Notre Orphéon chante pour nous distraire
Mais si la France se trouvait en danger,
Du coin de guerre vous entendriez vite l’air,
La Marseillaise dans tout Villebrumier.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

La Vaïssagòla

(paroles de la Bourre musique de M. E. Feautrier)
(sur l’air de la Paimpolaise)

                                         
Refrain

I a plan longtemps qu’entendèm dire,
Dins nòstre païs reculat,
Que sabèm pas plorar ni rire.
Nos vanton pas gaire a Vaïssac,
Sus aqueste afar, se cal rebifar.
Mès s’entendiatz las castanhairas
Quand i venon remplir lor sac,
E a la sason, las brusquairas,
Se ba cridan : « Viva Vaïssac ! »

Il y a bien longtemps que nous entendons dire,
Dans notre pays reculé,
Que nous ne savons pas pleurer ni rire.
Ils ne nous vantent guère à Vaïssac,
Sur cette affaire, il faut se rebiffer.
Mais si vous entendiez les cueilleuses de châtaignes
Quand elles viennent remplir leur sac,
Et à la saison, les ramasseuses de champignons,
Comme elles le crient : « Vive Vaïssac ! »

1

Segur que i a plan de ministres
De prefèct’s e de deputats,
Que se recridarián plan viste
Se s’installavan a Vaïssac.
            Mès d’aquels manjaires
            Ne caldriá pas gaires.
Se metrián a la taula redonda,
Acostumats a far lor cap,
La comuna, qu’es per tant longa, 
N’engolariá plan de Vaïssacs.

Sûrement qu’il y a beaucoup de ministres,
De préfets et de députés,          
Qui se récrieraient bien vite,
S’ils s’installaient à Vaïssac.
            Mais de ces mangeurs
            Il n’en faudrait guère.
Ils se mettraient autour de la table
Habitués à n’en faire qu’à leur tête,
La commune qui est pourtant longue
En avalerait beaucoup de Vaïssacs.

2

Se i a pas de borsas plan rondes,
I vivèm totes plan tibats,
E vesi que de brave monde,
D’un cap a l’autre de Vaïssac.
            Per trobar lors parelhs,
            Son pas mèmes al cèl.
De païsans, formam un’ escoada,
Bons vivents  e pas caissanats.
Per nos regir n’i a pro d’un garda,
Mès es brave per un Vaïssac.

S’il n’y a pas de bourses bien rondes,
Nous y vivons tous en liberté,
Et je ne vois que des gens honnêtes
D’un bout à l’autre de Vaïssac.
            Pour trouver leurs semblables,
            Ils ne sont même pas au ciel.
De paysans, nous formons une escouade,
Bons vivants et pas en manque de dents.
Pour nous régir cela suffit avec un garde
Mais il est gentil pour un Vaïssac.

3

Avèm de bèlas domaisèlas,
Sens lor copar lo pièl pel cap,
Amb aquel’s dròlles rebordèlon,
Pels bals e vòtas de Vaïssac.
            N’es per s’amusar
            E per ne gardar.
Mès apuèi quand l’ivèrn arriba,
Per aver lo lèch plan calfat,
Amb aquels gojats se maridan
E repòblan nòstre Vaïssac.

Nous avons de belles demoiselles,
Sans leur couper les cheveux en quatre,
Avec ces garçons elles folâtrent,
Pour les bals et fêtes de Vaïssac.
           Il en est pour s’amuser
           Et pour en garder.
Mais après, quand l’hiver arrive,
Pour avoir le lit bien chauffé,
Avec ces jeunes elles se marient
Et repeuplent notre Vaïssac.

4

Supriman de sos-prefècturas,
De tribunals e d’avocats,
Mès ne daissan gròssa mesura,
Fariàm sens tantes a Vaïssac.
            Tan plan cal susar
            Per los engraissar.
Generals e tota la clica,
Lo roseg de la societat,
Seriá bèl que la Republica
Lor faguès’ far los fagòts de Vaïssac.

Ils suppriment des sous-préfectures,
Des tribunaux et des avocats,
Mais ils en laissent une bonne mesure,
Nous ferions sans autant à Vaïssac.
            Pourtant il faut suer
            Pour les engraisser.
Généraux et toute la clique,
Le chancre de la société,
Ce serait bien que la République
Leur fasse faire les fagots de Vaïssac.

5

Sus nòstres puèges e colinas,
Lo cocut i a sovent cantat.
Dison que canta mèmes en vila,
Daissem-lo donc cantar a Vaïssac.
            Aquel vièlh ausèl 
            Cambia sovent de pèl.
Es privat de cantar sul lèch,
Mès autant d’èsser preservats,
Adressem-nos a Sent Josèp 
Qu’es vengut abitar Vaïssac.

Sur nos coteaux et collines,
Le coucou y a souvent chanté.
On dit qu’il chante même en ville,
Laissons-le donc chanter à Vaïssac.
           Ce vieil oiseau
           Change souvent de peau.
On le prive de chanter sur le lit,
Mais afin d’être préservés,
Adressons-nous à Saint-Joseph
Qui est venu habiter Vaïssac.

6

Per ne finir pas de bestisas,
L’istòria nos (a) agut contat 
Que sur la question d’ivronhardisa
Los sans parelhs èran a Vaïssac.
            E que volètz far ,
            I a qu’a contunhar.
S’aimavem nòstres paures paires,
Lo bon vin, es pas asagat,
Qu’aiman l’aiga, ne vesi gaires,
Trinquem donc e viva Vaïssac ! 

Pour ne pas en finir de bêtises,
L’histoire nous a eu conté
Que sur la question d’ivrognerie
Les sans pareils étaient à Vaïssac.
           Et que voulez-vous faire,
           Il n’y a qu’à continuer.
Si nous aimions notres pauvres pères,
Le bon vin, il n’est pas coupé,
Ceux qui aiment l’eau, je n’en vois guère,
Trinquons donc et vive Vaïssac !


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

En anguent a la Fièra dels Cans

(paroles de M. Antonin Ver, député-maire de Lafrançaise)
La foire aux chiens de Lafrançaise qui se tenait le 29 septembre, pour la saint Michel, est mentionnée dès le début du XVIème siècle par Guyon de Malleville.
La renommée des chiens de Lafrançaise allait jusque dans le Brabant, et localement, le comité du Saint Hubert assurait le maintien de la tradition.

Refrain

Per aquels afars
Volguètz, volguètz pas,
Vos caldrà montar devèrs Lafrancesa. A !
Per aquels afars
Volguètz, volguètz pas,
Vos caldrà montar per la fièra dels cans. A !

Pour ces affaires-là,      
Que vous le vouliez ou non,
Il vous faudra monter vers Lafrançaise. Ah !
Pour ces affaires-là
Que vous le vouliez ou non,
Il vous faudra monter pour la foire des chiens.

1

Per la còsta en montent, susa, susaràs,
Tròp urós se un chaval vos espotis pas,          
E quand sètz arrenduts, voldriatz dejunar.
L’aubèrga, tròp bondada, n’a res a manjar,
E davant los qu’an ventre plen,
Junatz dusc’al ser.

Par la côte en montant, tu sues, tu sueras,
Trop heureux qu’un cheval ne vous écrase pas,              
Et une fois harassés, vous voudriez déjeuner.
L’auberge, trop bondée, n’a rien à manger,
Et devant ceux qui ont le ventre plein,
Vous jeûnez jusqu’au soir.

2

Es pas tot. Quand anatz veire lo fieral,
Sètz mitat estropiat per gens e bestial ;
L’un vos marca en passent d’un esclòp ferrat,
L’autre penna e vos fica un truc al costat ;      
E se pialhatz, vos fan rasons
A còps de tocadors.

Ce n’est pas tout. Quand vous allez voir le foirail,
Vous êtes à moitié estropié par les gens et le bétail ;
L’un vous mâche en passant de son sabot ferré,
L’autre rue et vous fiche un coup au côté ;         
Et si vous criaillez, ils vous tiennent raisons
A coups d’aiguillons.

3

Sul platèu, al combat, l’ors es muselat,
Se dintratz, per badar, sètz plan sovent panats.
Es un ors, es un vièlh faró
Qu’an abilhat e fardat coma un lop-garon,
Amai se pòt que quauque còp vos agafarà.

Sur le plateau, au combat, l’ours est muselé,
Si vous entrez, pour badauder, vous êtes bien souvent volés.
C’est un ours, c’est un vieux chien de berger
Qu’ils ont habillé et fardé comme un loup-garou,
Il se peut même qu’une fois, il vous mordra.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

La Genibrièrenca

(donnée notamment à l’occasion de la soirée récréative du dimanche 6 janvier 1929
offerte par la Jeunesse de Génebrières)

1

En plan bèl las vantan, lors tan famusas vilas ;
Nos dire lors plasers e lors vidas facilas,
Nos-aus, fières païsans, gostam una autra vida,
E per nos passejar al braç d’una polida,
Preferam un camin, siásquèsse  per las brossalhas
Que las ‘lèas tan drechas del jardin de Versalhas ;
Aimam ton aire pur, tos camps e tas carrièras,
Enfin, per ba tot dire, t’aimam, ò Genibrièras !

Ils les vantent tellement belles, leurs villes si fameuses ;
Nous dire leurs plaisirs et leurs vies faciles,
Nous autres, fiers paysans, nous goûtons une autre vie,
Et pour nous promener au bras d’une jolie,
Nous préférons un chemin, serait-ce dans les broussailles,
Plutôt que les allées si droites du jardin de Versailles ;
Nous aimons ton air pur, tes champs et tes rues,
Enfin, pour tout dire, nous t’aimons, ô Génebrières !

Refrain
Salut, ò Genibrièras ! O mon païs, salut !
Vilatge tan polit dins sa simplicitat,
Al cap d’un fièr costèu, cranament castelhat,
Urós que, dins tos murs, un bon jorn es nascut.
Salut, ô Génebrières ! O mon pays, salut !
Village tellement joli dans sa simplicité,
En haut d’un fier coteau, bravement fortifié,
Heureux toi qui, dans tes murs, un bon jour es né.
2
As de famusas vinhas pel cap dels fièrs costèus,
Que fan de vin tan bon coma lo de Bordèus,
Que remplís de vigor lo païsan d’a pr’aiciú,
Amai que fa cants los sers de reunion.
Tos travèrses fertiles lèvan blat sans parelh
E cada fonza umida  engraissa son tropèl ;
A las ròsas de Niça totjorn preferam mai 
Las audors del fen sec que i a al mes de mai.
Tu as de fameuses vignes en haut des fiers coteaux,
Qui font du vin aussi bon que celui de Bordeaux,
Qui remplit de vigueur le paysan de par ici,
Et même qui produit des chants les soirs de réunion.
Tes étendues fertiles font lever un blé sans pareil
Et chaque bas-fond humide engraisse son troupeau ;
Mieux que les roses de Nice, nous préférons toujours
Les odeurs du foin sec qu’il y a au mois de mai.
3
Çò qu’es rare a trobar de filhas plan tot pels,
Totas coma las nòstras, doças coma d’anhèls
E totas a bèl talh, grandas e pichonetas,
Cossi que siásquan, mèchas brunetas e blondetas,
D’uèlhons que lusisson, que fan virar lo cap,
Per las admirar pas, caldriá èstre un vièlh tap ;
Tanben, quand per las vòtas, arriban en tropèl,
Sembla que son tombadas las estelas del cèl.
Comme il est rare de trouver des filles bien de partout,
Toutes comme les nôtres, douces comme des agneaux    Et toutes sans distinction, grandes et petites,
Quelles qu’elles soient, mèches brunettes et blondines,
Des petits yeux qui luisent, qui font tourner la tête,
Pour ne pas les admirer, il faudrait être un vieux lourdaud ;
Aussi, lorsque pour les fêtes, elles arrivent en troupeau,
Il semble que sont tombées les étoiles du ciel.
4

Avèm pas bèl tropèl d’òmes de grand renom,
Mès la lista sacrada d’aquels glorioses noms
Que lo solelh de l’aliga fa lusir coma l’òr
Sus la pèira fidèla del monument dels Mòrts ;
Genibrièra t’onòra, rapèla als ingrats
Que aquels nobles filhs meritan d’èstre aimats,
Per lor granda bravora, d’un amor fraternel,
E que se son aquits un nom qu’es immortel.

Nous n’avons pas grand nombre d’hommes de renom,
Mais la liste sacrée de ces noms glorieux
Que le soleil de l’union fait luire comme l’or
Sur la pierre fidèle du monument aux Morts ;
Génebrières t’honore, rappelle aux ingrats
Que ces nobles fils méritent d’être aimés,
Pour leur grande bravoure, d’un amour fraternel,
Et qu’ils se sont acquis un nom qui est immortel.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

La Castelmairanenca

(paroles de F. Laforgue  & musique de E. Rattier)

Refrain

Castelmairan. O mon pichon vilatge,
Que tu sei grand e polit a mos uèlhs,
Que seu urós d’estr’ un de tos mainatges,
D’atge grandit au climat de ton cèl, 

Tot entà tu me charma e m’atira,
Quicòm m’estaca au sòl ont seu nascut.
Jo t’aimi mei que la pus granda vila,
Castelmairan sei lo vilatge elut.

Castelmayran. O mon petit village
Que tu es grand et joli à mes yeux,
Que je suis heureux d’être un de tes enfants,
D’avoir grandi au climat de ton ciel,

Tout envers toi me charme et m’attire,
Quelque chose m’attache au sol où je suis né.
Moi je t’aime plus que la plus grande ville,
Castelmayran tu es le village élu.

1

A tu Castelmairan, la flor de la joinessa,
Los jun’òmes son fièrs, respiron la santat,
Trabalhon sans arrèst ton sòl dambe ardièssa, 
E ne son plan fièrs quand a plan raportat.

Las filhas son superbas, frescas coma rosada, 
Quand passatz au prèp d’elas de tan que sentan bon,
Vos embauman lo còr e vos perfuman l’amor
Car lor audor egala la pus polida flor.

A toi Castelmairan, la fleur de la jeunesse,
Les jeunes hommes sont fiers, ils respirent la santé,
Ils travaillent sans arrêt ton sol avec hardiesse
Et ils en sont bien fiers quand ça a bien rapporté.

Les filles sont superbes, fraîches comme la rosée,
Quand vous passez près d’elles,elles sentent si bon
Elles vous embaument le cœur et parfument l’amour
Car leur odeur égale la plus jolie fleur.

2

Ton grand e bèl cloquièr, a la mina antica
Se dressa fièr e noble e defisa los ans,
E cada jorn escota la polida musica
Der sièis gròssas campanas que retén dins sos flancs.

Jo ne seu plan fièr d’una tala relica
E quand seu un pauc lenc m’atriga d’arribar
A l’ombra deu cloquèr ont passarai ma vida
Au mièg de mos mainatges qu’ensenhi a t ’aimar.

Ton grand et beau clocher, à la mine antique,
Se dresse fier et noble et défie les ans,
Et chaque jour écoute la jolie musique
De six grosses cloches qu’il retient dansses flancs.

Moi j’en suis bien fier d’une telle relique
Et quand je suis un peu loin il me tarde d’arriver
A l’ombre du clocher où je passerai ma vie
Au milieu de mes enfants que j’enseigne à t’aimer.

3

Tos ostals mai que vièlhs, an surament de linha,
Nombroses son en reng, parelhs a de soldats,
Sur quatre o cinc carrièras que plan d’endreches envian,
E de las posseidar just’ es nòstra fiertat.

E sur caduna d’ela, un atelhièr foncciona,
Talhur, faure o charron, cordoire, tonelhièr,
Ton vilatge es vivent de l’auba a la bruna,
Ei  charmant e plasent graci’ a sos atelhièrs.

Tes maisons plus que vieilles ont sûrement de l’allure,
Nombreuses elles sont en rang pareilles à des soldats,
Sur quatre ou cinq rues que beaucoupd’endroits envient,
Et de les posséder est juste notre fierté.

Et sur chacune, un atelier fonctionne,
Tailleur, forgeron, ou charron, couturier, tonnelier,
Ton village est vivant de l’aube à la brune,
Il est si charmant et plaisant grâce à ses ateliers.

4

Es plan digna de tu, ta polida arribada
Dambe son marronièr e son bèl monument,
Nos rapèlan totjorn l’espleit dels camaradas
Que de te defendre n’avián fait lo serment.

Ton tap dambe son Crist e sas bèlas platanas
Segon las circonstancias es piós que risent,
S’i canta de cantics un pauc sur totas gamas,
S’i rigòla, s’i dansa, s’i amusan los jovents.

Elle est bien digne de toi, ta jolie arrivée
Avec son marronnier et son beau monument,
Il nous rappelle toujours l’exploit des camarades
Que de te défendre ils en avaient fait le serment.

Ton talus avec son Christ et ses beaux platanes
Selon les circonstances est aussi pieux que rieur,
Il s’y chante des cantiques un peu sur toutes les gammes,
Il s’y rigole, il s’y danse, les jeunes s’y amusent.

5

Ton vièlh pont tan plasent, damb una graci’ exquisa
Monta a chaval sur la Sera, bèl riu,
E lo dimeng’ en fola nòstras polidas filhas,
Jun’ òm’ au bras, urosas, atacan la question.

Servís de trait d’union a vila e vilatges
Au mièg de bèles biules que provòcan lo cèl.
O mon Castèlmairan, seu fièr de tos paratges,
Ton vièlh pont tan plasent t’es un charme de mei.

Ton pont vieux si plaisant, avec une grâce exquise         
Monte à cheval sur la Sère, beau ruisseau,
Et le dimanche en foule nos jolies filles,
Jeune homme au bras, heureuses, attaquent la question.

Cela sert de trait d’union de ville à villages
Au milieu de grands peupliers qui provoquent le ciel.
O mon Castelmayran, je suis fier de tes parages,
Ton vieux pont si plaisant t’est un charme de plus.

6

Ta Sera, pichon riu, agreabl’ au possible,
Raive dels pescafins, complici de l’amor,
Se tortilha modeste, se vòl rendre invisible
E portant malgrat tot, son gais sos alentors.

Lo rossinhòl i canta, dins sa verda brossalha,
Sur son rivatge fresc i possan los casses,
Quand dins son aiga canda, ton cloquièr se miralha,
Es orgolhós e fièr de rampar a tos pès.

Ta Sère, petit ruisseau, agréable au possible,
Rêve des pécheurs, complice de l’amour,
Se tortille modeste, il veut se rendre invisible
Et pourtant malgré tout, ils sont gais ses alentours.

Le rossignol y chante, dans sa verte broussaille,
Sur son rivage frais y poussent les chênes,
Quand dans son eau claire, ton clocher se reflète,
Il est orgueilleux et fier de ramper à tes pieds.

7

Nos dònes de tos flancs un’ aiga a dobl’ usatge,
D’un costat alimenta un terrum renomat
Ont las lavairas venan de totes los paratges
Se deliar la lenga en fasent lo sabonat.

Tot a costat d’aquí e de per tres canèlas
S’escapa una aiga fresca, ivèrn coma estiu,
E ont galopam totes, dambe nòtras banèlas,
Car bèl Castelmairan, as d’aig’ a profusion.

Tu nous donnes de tes flancs une eau à double usage,
D’un côté elle alimente un terrain renommé
Où les lavandières viennent de tous les parages
Se délier la langue en faisant la lessive.

Tout à côté de là et arrivant par trois canaux
S’échappe une eau fraîche, hiver comme été,
Et où nous galopions tous, avec nos langes,
Car beau Castelmayran, tu as de l’eau a profusion.

8

Es ta bèla campanha ont prospèr’ la recòlta,
Ton molin que nos dona de farina extrà,
L’escòla, la bascula o mei tanben la pòsta
Son autan de richessas que l’om poiriá citar.

Enfin Castelmairan, comoditats n’as planas,
Es benlèu per aquò que plan totes t’aimam
E tos còrs de mestièrs te fan la renomada,
Tanben quirdi plan fòrt : viva castelmairan !

C’est ta belle campagne où prospère la récolte,
Ton moulin qui nous donne de la farine extra,
L’école, la bascule ou mieux encore la poste
Sont autant de richesses que l’on pourrait citer.

Enfin Castelmayran, des commodités  tu en as beaucoup,
C’est peut-être pour ça que nous t’aimons bien tous
Et tes corps de métiers te font la renommée,
Aussi je crie bien fort : vive castelmayran


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

La Borniquelesa

(Paroles et musique de Lucien Andrieu)
(Adaptation à trois voix par C. Raynal)

Refrain

O Borniquèl, ò crana vila,
Mastada sur l’antique ròc,
Ont verdeja ta comba florida,
Mesclada de tèrra, de fòc,
Ton castèl, vièlha relica,
Dins lo cèl retipla un falcon.
Quilha sas parets, sa teulada rustica,
E se miralha dins l’Avairon
O Borniquel, ciutat rustica,
Aimam ton cèl, ò vila poëtica,
O Borniquèl, ò Borniquèl.

O Bruniquel, ô ville fière
Erigée sur le roc antique
Où verdit ta combe fleurie,
Faite d’un mélange de terre, de feu,
Ton château, vieille relique,
Dans le cièl semble un faucon.
Il dresse ses murs, sa toiture rustique,
Et se reflète dans l’Aveyron.
O Bruniquel, cité rustique,
Nous aimons ton ciel, ô ville poétique,
O Bruniquel, ô Bruniquel.

1

Sèm los fièrs enfants de las Combas
De Gresinha, de Vera, de Païssèl,
Que cantam en còr, a la ronda,
Nòstre arderós païs escalprat dins lo cèl.
Tan lènc que nòstre uèlh pòsque veire,
Sèm encantats de sas richas colors.
Del vèrd al ros mirgalhejon, cal creire,
Las tintas de l’arcana al solelh poderós.

Nous sommes les enfants fiers des Combes,
De la Grésigne, de la Vère, de Payssèl,
Qui chantons en choeur, à la ronde,
Notre pays plein d’ardeur sculpté dans le ciel
Aussi loin que notre oeil puisse voir,
Nous sommes enchantés par ses riches couleurs.
Du vert au roux se mélangent, il faut croire,
Les teintes de l’arc-en-ciel au soleil puissant.

2

Salut, Borniqueleses, auèi, es bona fèsta ;
Del Barri, Revelin, se cal desarrucar
Lo Rocàs es ondrat, la Joinessa s’aprèsta
A tornejar de danças, d’audi, sens soscar.
Ardits enfants, e vos, tant aimablas filhetas,
Los uèlhs abelugats de plaser, de bèltat,
Que vòstres pòts risencs, tal un cant de lausetas
Fasquen polsar d’amor vòstre còr alertat.

Salut, Bruniquelois, aujourd’hui, c’est la jolie fête
Du Faubourg, du Ravelin, il faut sortir de chez soi ;
Le Grand Roc es paré, la Jeunesse se prépare
A danser et virevolter, d’un seul élan, sans se soucier.
Enfants hardis, et vous, fillettes tant aimables,
Les yeux étincelants de plaisir, de beauté,
Que vos lèvres rieuses, comme un chant d’alouettes
Fassent vibrer d’amour votre cœur en émoi.


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

 

BELAYGUE Jean

Bruniquel, le 14-01-1861
Bruniquel, le 6-8-1930

            Une exposition de 1988  intitulée « Bruniquel au temps des derniers tailleurs de pierre » a rendu hommage à ce félibre quercynol, maître-carrier de son métier, concepteur du monument aux morts de Bruniquel.

Une plaquette publicitaire précise que l’ atelier spécial de taille de pierre (« Pierres de taille dures et demi-dures ») a ouvert des carrières vers 1890, notamment celles de Bruniquel et de Saint-Antonin, et qu’il a été le « fournisseur pour les constructions du pont de Montricoux, du château de Granès, de l’église de Monclar, du viaduc du Viaur... », pour ne citer que les plus proches.

Jean Bélaygue est compagnon du devoir, ainsi que peut l’attester  la pierre sculptée de sa main, au-dessus du linteau de la porte d’entrée de la maison surplombant la vallée de la Vère, au bas de Bruniquel, et toute de pierre, construite de ses mains. La date de 1880 s’inscrit dans un médaillon ovale sous lequel s’entrecroisent un compas et une équerre au centre desquels les deux initiales JB sont gravées.

            A son actif sont 32 réalisations de monuments aux morts dont celui de Bruniquel inauguré le 23 juillet 1922, celui de Montcrabeau édifié en 1927, et ceux de Penne-du-Tarn, de Vaïssac ou de Verlhac-Tescou, etc. Pour chacun, il compose un poème en occitan qu’il déclame le jour de l’inauguration ; tous sont consignés dans deux cahiers dont on peut lire celui dédié « A l’apôtre Jaurès - avant sa mort », cet autre « Devant la statue du tribun Jaurès » (après sa mort), ou le « Discours prononcé à l’inauguration de son monument à Carmaux  en juin 1925 ».

            Une cinquantaine d ‘entre eux sont rassemblés en une plaquette intitulée « Un ouvrier-poète par le félibre quercynol Larochedur, l’ami des Muses » (ce pseudonyme appelant cet autre : « Le Fort en Krak », signant un poème). Ce premier volume composé de deux parties : « La Muza  quercinolo » et « La Muse révoltée » a connu deux éditions, tandis qu’un autre volume est annoncé, comportant une troisième partie « La Muse des Bois ! Ses chants et ses lois ! » et même une quatrième : « La Muse des Cieux et ses chants mystérieux. Bouillabaïsse ». Sans doute est-ce l’ensemble de son œuvre qui lui vaut d’obtenir les palmes académiques.

            Nous retiendrons le quatrain gravé sur la colonne qu’il a sculptée et qui n’est autre que le monument aux morts de Bruniquel :
« Sus aquel monument ont ton uèlh s’escarquilha
Passant i legiràs lo nom de la familha
Qu’a de son sang pagat de la França un talhon
Que per ela a donat çò qu’aviá de melhor. »

(« Sur ce momument où ton oeil s’écarquille / Passant tu y liras le nom de la famille / Qui a, de son sang, payé de la France un morceau / Qui, pour elle, a donné ce qu’elle avait de meilleur.»)

Sources : entretien de Norbert Sabatié avec M. Léon Bélaygue

 

Entremièg Vila e Barri, es l’ilòta enflocada,
Tornejada per Tarn, d’un riban argentat :
Que va docetament aval devèrs Moissac…
Rodolent capriciós dins Garòna alandada.

Entre Ville et Faubourg est la petite île fleurie,
Entourée par le Tarn, d’un ruban argenté :
Qui va tout doucement là-bas vers Moissac…
Cheminant avec caprice dans Garonne béante.

 

Sus sos bòrds azurats la tèrra es refrescado,
Ondrent combas, tuquets e los campses daurats :
De natura abondós a sos boquets flocats…
Se mostrent generós de la flor audorada.

Sur ses berges azurées la terre est rafraîchie,
Ornant combes, mamelons et les champs dorés :
D’une nature abondant à ses baisers fleuris…
Se montrant généreux de la fleur odorante.

 

Dins sos flòts mirgalhats moqueta lo Barbèu,
Lo pescaire l’a vist e l’acata al pus lèu…
D’un filat alandat, dins l’aigueta prigonda.

Dans ses flots irisés le Barbeau mouchette,
Le pêcheur l’a vu et le couvre au plus vite…
D’un filet ouvert, dans la petite eau profonde.

 

Tarn, caressat pel vent, dins son lèch s’espandís,
Sens brica se troblar, jos lo cèl resplendís,
E lo bèl Montalban se miralha dins l’onda.

Tarn, caressé par le vent, dans son lit s’étend,
Sans guère se troubler, sous le ciel il resplendit,
Et le beau Montauban se reflète dans l’onde.

 
(P. Cluzel, Centenaire du département de Tarn-et-Garonne, 1908)

N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

 

Entremièg Vila e Barri, es l’ilòta enflocada,
Tornejada per Tarn, d’un riban argentat :
Que va docetament aval devèrs Moissac…
Rodolent capriciós dins Garòna alandada.

Montauban, plaisante petite ville
Au grand air, claire, bien jolie,
Que nous avons aimée et que nous aimerons,
Nous y sommes nés, nous y mourrons.

 

De segur, n’es pas sans parelha,
N’a pas trenta lègas de torn,
Mès tant plan i possa la fuèlha
E la nuèch ven a solelh colc.

Pour sûr, elle n’est pas sans pareille,
Elle n’a pas trente lieues de pourtour,
Mais pourtant la feuille y pousse
Et la nuit vient au coucher du soleil.

 

Tan plan l’astre que la solelha
Sus sos ostals brilha e sorís,
Tan lusent que lo de Marselha,
Pus caudet que lo de París.

Pourtant l’astre qui l’ensoleille
Sur ses maisons brille et sourit,
Aussi luisant que celui de Marseille,
Plus chaud que celui de Paris.

 

Anatz, l’endrech de la naissença 
I fa res ni per la creissença
Ni per la mòrt : tan plan se’n va
Lo que nais pas a Mont-Alban.

Allons, le lieu de la naissance
Ne fait rien ni pour la croissance
Ni pour la mort : tout autant s’en va
Celui qui ne naît pas à Montauban.

 

A l’òme cal pas fa la guèrra,
Se tròba qu’ont a durbit l’uèlh
Tot es pus polit, cèl e tèrra :
Cada ausèl tròba son niuc bèl.

A l’homme il ne faut pas faire la guerre,
Il se trouve que là où il a ouvert l’œil
Tout est plus joli, ciel et terre :
Chaque oiseau trouve son nid beau.

 

O, Mont-Alban, nòstra vilòta
Airada, canda, polidòta,
L’avèm aimada e l’aimarem ;
I sèm nascuts, i morirem.

Ô Montauban, notre petite ville
Au grand air, claire, bien jolie,
Nous l’avons aimée et nous l’aimerons ;
Nous y sommes nés, nous y mourrons.

 

Auguste Quercy (Camrosos carsinolos)

Augustin Quercy (Coquelicots quercynois)

(Paul Masson, Libraire-Editeur, Montauban, 1911)

N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           

Règles de lecture :
pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ;
le « o » se prononce comme [ ou ] en français ;
le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh » comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ;
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets.
les accents aigus marquent l’intonation ;
ne pas oublier de diphtonguer les au, òu, eu, ai...

La Sapiaquesa

(paroles de l’abbé Henri Cassagne)

1

Sapiac, Sapiac ! pèrla de Montalban,
ò qu’ès polit amb  ton brèç de verdura,
quand l’auselon nos sona son levar,
e que lo cèl dins l’espandi s’asura ;
i a pas ont lòc, jol bèl calelh flambant,
canton pus gai, ni riva tan florida.
S’aimatz los rius, la granda aiga, lo cant,
auretz aicí bon temps e doça vida.

Sapiac, Sapiac ! perle de Montauban,
ô que tu es joli avec ton berceau de verdure,
quand le petit oiseau nous sonne son lever,
et que le ciel dans l’espace devient azuré ;
il n’y a nulle part, sous le beau chaleil flambant,
de coin plus gai, ni de rive si fleurie.
Si vous aimez les ruisseaux, la grande eau, le chant,
vous aurez ici du bon temps et une douce vie.

2

Qual a pas vist la campanha de Biò,
large riban, a bòrd de la ribièra,
sòl argentós que lèva que que siá :
flor de froment, vinhas, planta fruchièra ?
Quant valdriá pas, s’èra pròche París,
pròche los prats arrosats per la Sèna ?
Valdriá plan mai que tot çò que lusís,
que çò pus bèl en tèrra de Torèna.

Qui n’a pas vu la campagne de Bio,
Large ruban, au bord de la rivière,          
sol argenté qui fait lever quoi que ce soit :
fleur de froment, vignes, plante fruitière ?
Combien cela ne vaudrait-il pas, si c’était près de Paris,
à proximité des prés arrosés par la Seine ?
Cela vaudrait bien plus que tout ce qui luit,
que ce qu’il y a de plus beau en terre de Touraine.

3

Qual coneis pas lo truc de Vinharnaud,
còsta Tempe ravissenta miranda,
puèg afrairat a las sucas del Fau,
que de tot temps dòna la bona vianda ?
Aquí trobatz la tèrra dels rasims,
Rasims rossèls, coma’l mèl de l’abelha ;
a plens panièrs, a plenes manequins,
los envòian plan pus lènc que Marselha.

Qui ne connaît pas la butte de Vignarnaud
près de Tempé le belvédère ravissant,
le coteau qui est frère des sommets du Fau,
qui toujours donne du bon gibier ?
Là vous trouvez la terre des raisins,
Raisins blonds, comme le miel de l’abeille ;
à pleins paniers, à pleines claies,
ils les envoient bien plus loin que Marseille.

4

Se quiti ‘l puèg, qu’enjòian los ausèls,
çò qu’aimi mai, aquò’s nòstre barri :
vesètz pertot jardins plens de ramèls,
pus lèu venguts que los sòus a l’armari,
i a aquí tanben fòrça trabalhadors,
de fièrs obrièrs endurant a la pena,
per los angèls planjon pas lors susors ;
es lo bon còr, es l’amor que los mèna.

Si je quitte le coteau, qu’apprécient les oiseaux,
ce que je préfère, c’est notre faubourg :
vous voyez partout des jardins pleins de rameaux,
plus vite venus que les sous dans l’armoire,
il y a là aussi un grand nombre de travailleurs,
de fiers ouvriers endurant jusqu’à la peine,
pour leurs anges ils ne plaignent pas leur sueur ;
c’est le bon cœur, c’est l’amour qui les mène.

5

Cada matin, quand l’estela s’escond
e que lo pol canta l’alba levada,
cap a Tescon veriatz passar sul pont,
un fum d’enfants, de filhas de jornada.
Se n’an pas d’òr, an quicòm de melhor,
Oblidon pas, a lor flor de joinesa,
tan que lo sang ardeja de vigor,
que lo trabalh es grana de noblessa.

Chaque matin, quand l’étoile se cache
et que le coq chante l’aube levée,
vers le Tescou vous verriez passer sur le pont,
une nuée d’enfants, de filles journalières.
Si elles n’ont pas d’or, elles ont quelque chose de mieux,
elles n’oublient pas, à la fleur de la jeunesse,
tant que le sang est ardent de vigueur,
que le travail est graine de noblesse.

6

Tan que lo Tarn serà pas estorrit,
a Montalban gardarem prima plaça.
Coma las flors aicí possa l’esprit,
mès dura mai que floreta que passa.
Se me cresètz, vilatons, muscadins,
Caps a Sapiac venètz prene bon aire,
quitatz salons, cafès e magasins,
entà nos-aus tot es fach per vos plaire.

Tant que le Tarn ne sera pas asséché,
à Montauban nous garderons la première place.
Comme les fleurs ici pousse l’esprit,
mais il dure plus que fleurette qui passe.
Si vous me croyez, gens de la ville, muscadins,
Vers Sapiac venez prendre le bon air,
quittez salons, cafés et magasins,
chez nous tout est fait pour vous plaire.

7

S’avètz besonh de soms e de repaus,
als camps nolents avèm aura moleta,
poirètz dormir jos las ombras desclaus,
i trobaretz un lèch mofle d’erbeta.
Se demandatz apetit e santat
tot en pesquent, venètz dins nòstras pradas,
los pensaments seràn lèu de costat,
sans vos pesar passaràn las annadas.

Si vous avez besoin de sommes et de repos,
dans les champs parfumés nous avons une tendre brise,
vous pourrez dormir sous les ombrages désensorceleurs,
vous y trouverez un lit moelleux d'herbe tendre.
Si vous demandez appétit et santé
tout en allant à la pêche, venez dans nos prairies,
les soucis seront vite de côté,
sans vous peser, elles passeront, les années.

8

Es a Sapiac, ça ditz tot Montalban,
qu’Ingres lo grand, prince de la pintrura,
tot jovenet anava caminar,
culhir las flors que flòcon la verdura ;
mai qu’enlòc pus, quand èra mainatjon,
tot i risiá dins la patz de nòstra isla
e los ancians an ausit sa cançon :
Viva Sapiac pèrla de nòstra vila !

C’est à Sapiac, ainsi que le dit tout Montauban,
qu’Ingres le grand, prince de la peinture,
tout jeune garçon allait se promener,
cueillir les fleurs qui ornent la verdure ;
plus que nulle part ailleurs, quand il était petit enfant,
tout lui riait dans la paix de notre île
et les anciens ont entendu sa chanson :
Vive Sapiac la perle de notre ville !


N.B. : texte écrit selon la graphie classique des Troubadours, dite aussi normalisée, mise en place à partir du système Perbosc-Estieu, perfectionnée par Louis Alibert et répandue par l’Institut d’Estudis Occitans.
           
Règles de lecture et prononciation des mots en occitan :

pour prononcer [ o ] on écrit « ò » ; le « o » se prononce comme [ ou ] en français ; le « e » comme un [ é ] et le « v » comme un [ b ] ;
le « nh » comme [ gn ] et le « lh »  comme « lieu » ;
le « u » reste comme [ u ] et le « a » en finale devient [ o ] faible ; 
les « n » et « r » en finale sont quasi-muets ;
les accents aigus marquent la syllabe tonique ;
ne pas oublier de diphtonguer : au - òu - eu - ai…

Sous-catégories

  • La Borniquelesa
  • La Castelmairanenca
  • La Genibrièrenca
  • Lafrancesa
  • La Malausèna
  • La Moissaguesa
  • La Monclaresa
  • La Negrapelissiena
  • La Sent Nicolauenca
  • La Puèglarocata
  • Salut a Montricos
  • La Sent Antoninesa
  • La Vaissagòla
  • La Vilabrumierenca
  • La Vrufelhesa
  • Se Canta