BREVE   HISTOIRE

 

DE L’ACADEMIE

 

DE MONTAUBAN

 

 

 

L'Académie des Belles Lettres de Montauban est née le 14 août 1744 comme en témoignent les "Lettres Patentes" signées du roi Louis XV (enregistrées le 21 août au parlement de Toulouse) qui consacraient officiellement la jeune société littéraire créée en 1730, elle-même héritière des salons littéraires en vogue depuis le siècle précédent.
 
Le sceau de l'Académie rappelle les armes de la ville de Montauban avec notamment le saule qui 'admire ses nouvelles frondaisons ", citation tirée d'un vers des Géorgiques de Virgile :"miraturque novas frondes".
 
La détermination des figures marquantes de la ville citées ci-dessous joua un rôle majeur dans cette création.
 
 
 
                    Henry_Le_Bret.jpg 
 Henry Lebret (1618-1710)

 Les Promenades de Tempé

La tenue d’assemblées littéraires, dès le XVIIe siècle, animées principalement par des religieux, forment un terreau favorable. Henry Le Bret en est l’un des principaux initiateurs.

Né à Paris en 1618, ami de Cyrano de Bergerac et comme lui, mousquetaire du roi, son activité libertine se termine en 1641. Il embrasse alors la carrière juridique, et occupe la fonction d’avocat au Conseil du roi, jusqu’en 1656, date de la mort de son compagnon. Il entreprend une carrière ecclésiastique : soutenu par Mgr de Bertier, il est nommé au secrétariat de l’évêché de Montauban. Devenu chanoine, puis grand prévôt, il lutte contre le calvinisme. Il publie son Histoire de la ville de Montauban  (1668) et crée un corps littéraire qui se réunit dans la demeure du magistrat montalbanais, M. Darassus, dans la vallée du Tescou, à Tempé. Sous le nom de Promenades de Tempé, Le Bret indique le contenu philosophique et littéraire de ces assemblées.